[✎] Emily the Strange, tome 3 : dans le noir

Emily the Strange, tome 3 : Dans le noir
Rob Reger
Michel Lafon
237 pages
14,95€

Emily n’a jamais aimé l’école, et encore moins les élèves qu’elle y croise.
Pour éviter cette galère, elle passe un marché avec sa mère : elle pourra étudier à la maison, à condition d’ajouter à son programme l’histoire de sa famille. Ce compromis ne l’enchante pas plus que ça, jusqu’à ce qu’elle fasse une bien curieuse découverte. Une de ses ancêtres, qui lui ressemble étrangement, aurait été assassinée par un membre de sa lignée. Ni une ni deux, Emily emprunte sa Machine à dépasser le temps pour atterrir en 1790.
Dans ce nouveau journal encore plus décalé, Emily enquête sur le sombre passé de ses aïeux. Et le fantôme bégayant de sa tante Millie ne lui facilite pas la tâche… Bienvenue au club de l’étrange !


J’avais déjà adoré le premier tome de cette saga, ce troisième est dans la même lignée…


J’ai eu la chance de découvrir ce livre dans le cadre d’un partenariat avec Livraddict… Quand je l’ai vu en proposition, je n’ai pas hésité une seule seconde… En effet, j’avais déjà fait la connaissance de Emily the Strange par le premier tome de la série, et j’avais tellement adoré ce personnage haut en couleurs que j’avais hâte de la retrouver pour de nouvelles aventures…


En un mot? Superbe… Très travaillée, elle reste cependant très sobre par le peu de couleurs présentes: noir, rouge et blanc… les seules couleurs de tout le livre d’ailleurs… On y retrouve Emily et ses chats… ça correspond bien au caractère du personnage… et j’adore cette couverture.


Un sans faute pour Rob Reger! Le style qu’il emploie ici est tout simplement magnifiquement adapté au roman! Un langage simple mais qui correspond à Emily et son caractère… Des tournures de phrases simples, parfois sans verbe, mais qu’importe! C’est ainsi que l’histoire passe le mieux.

Le fait que le livre nous soit présenté sous forme de journal intime est tout simplement entraînant… On a vraiment l’impression d’accompagner la fillette dans ses aventures, et de faire partie intégrante de son histoire.

L’auteur manie également l’humour décalé d’une main de maître… pour mon plus grand bonheur.


C’est celle D’Emily, jeune fille gothique et terriblement originale…
Et ce que j’aime c’est que bien que complètement farfelues, les aventures qui vont lui arriver entraînent le lecteur comme si tout était naturel, comme si l’on voyait cela tous les jours.

Le début du livre est relativement calme. On découvre Emily qui, asociale comme on la connait, persuade sa mère de la laisser suivre ses cours à domicile… Donc tout le début du roman tourne autour des raisons qui poussent la charmante Emily à détester l’école, et comment elle va s’évertuer à arriver à ses fins.  C’est là qu’elle aura un cours, donné par sa mère, sur la généalogie de sa famille.

Dans ce tome, elle nous embarque dans l’histoire de sa famille, et quelle meilleur moyen, pour apprendre à connaître ses lointains ancêtre, que de prendre la machine à démonter le temps (construite dans un tome précédent de la saga) pour aller les rencontrer, en vrai, à leur époque?

Mais vous vous en doutez bien, les choses ne se passent pas vraiment comme elle le voudrait, et les choses tournent vite au vinaigre… On va de rebondissements en surprises, et en fous-rires.


Emily, comme je l’ai dit plus haut, est donc une jeune fille assez particulière… Gothique, elle est accompagnée de ses chats noirs (dont Mystère, qui l’accompagnera dans ses aventures). ce que j’aime chez elle, c’est avant tout son humour décalé, son caractère déjanté, la façon si naturelle qu’elle a d’appréhender la vie et ses composantes… Dotée d’une imagination sans fin, elle adore inventer des choses, dont sa fameuse machine à démonter le temps. Elle a le chic pour se mettre dans des situations impossibles, mais c’est ce qui fait son charme. ce que j’adore aussi chez elle, c’est sa manière de s’exprimer, son vocabulaire, ses expressions, les mots qu’elle invente… De même, j’adore la manie/manière qu’elle a de tout le temps faire des listes, de tout notifier sous cette forme 🙂

Lili, c’est son arrière arrière arrière… grand tante… Décédée en 1790 à l’âge de 13 ans, c’est son histoire qui va encourager Emily à faire se retour dans le passé. Au départ très timide, très réservée, et très peureuse, j’ai aimé la voir évoluer tout au long du roman.

Boris, c’est le « méchant », équivalent du passé de Attikol, ennemi juré d’Emily. Personnellement, je trouve que ni l’un ni l’autre ne sont très futés, mais ils sont, l’un comme l’autre avide d’argent. Et pour en acquérir d’autant plus,ils sont vraiment prêts à tout!

Jackey et Caleb, sont eux aussi de la même famille. Sous la coupe respectivement d’Attikol et de Boris, ils peuvent lire dans les pensées des gens (ce qui, vous en conviendrez, peut être très pratique). Tout au long du roman, on se demande (en tous cas, moi oui) à qui ils vouent réellement une réelle loyauté.

  Une chose que j’adore plus que tout dans cette saga, c’est que l’histoire est illustrée, à chaque pages, de très nombreuses illustrations vraiment géniales… Personnellement, j’en suis sous le charme 🙂 elles sont drôles, illustrent bien l’histoire, et reflètent, une fois encore, le caractère hors du commun d’Emily.

Désolée pour la qualité pourrav’ des photos, mais je les ai prises avec ce que J’avais sous la main, à savoir mon vieil Iphone qui fait la tête…

Tout! les personnages, le style original, une historie décoiffante

euh.. d’arriver si vite à la fin?

Je pense que pour bien apprécier ce roman, il est nécessaire d’avoir lu au moins le premier tome de la saga, et encore mieux, les deux premiers, car on retrouve dans le troisième des éléments des deux précédents tomes… (origine du Golem, de la machine à démonter le temps, de son amnésie, …) Maintenant, il est possible de suivre l’histoire sans cela, mais il y aura des lacunes qui pourraient laisser le lecteur dans l’incompréhension de certains éléments.

Rob Reger est l’auteur des livres Emily the Strange.

Emily est née en 1993 sous la plume de Rob Reger qui l’inventa pour une marque de skateboards à Santa Cruz. Quand, par la suite, Rob Reger s’installa à San Francisco pour créer la ligne de vêtements Cosmic debris, il utilisa tout naturellement son personnage.

Pendant huit ans, la petite fille en noir orna T-shirts, montres-bracelets et tapis de souris. Aujourd’hui, Emily est devenue l’égérie de millions d’adolescents à travers le monde.

Rob Reger vit dans la Bay Area

Publicités

5 réflexions au sujet de « [✎] Emily the Strange, tome 3 : dans le noir »

  1. Ping : [Bilan] Janvier 2012 | Lire sous la Lune…

  2. Ping : ☮ Lectures 2012 ☮ | Lire sous la Lune…

  3. Ping : ✰ Suivi de lecture 2012 | Lire sous la Lune…

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s