[✎] La petite fille aux araignées

Titre VF : La petite fille aux araignées

Auteur: Gudule

Genre : Epouvante

Maison d’édition: Bragelonne
Date de publication : 2005 pour l’original, 2011 pour la version électronique

Pages : / ebook
Prix : 2,99 €

Miquette refuse de communiquer avec autrui, mais elle parle dans sa tête, se raconte… Elle raconte pourquoi elle élève des araignées, les nourrit de mouches qu’elle attrape en compagnie de Gogol, son « pote » mongolien, à l’hôpital où elle a fini par échouer… Elle raconte comment, un jour, sa mère a commencé à vieillir à toute allure pendant que sa tante rajeunissait. Elle raconte comment la première se retrouve finalement dans la tombe où devrait reposer la seconde… Comment son chien Titus, qu’on lui a enlevé, avait compris bien des choses, tout chien qu’il est… Elle nous confie le secret du contenu de cette poupée dont elle ne s’est jamais séparée… L’histoire de Miquette n’est-elle que la fabulation d’une petite fille traumatisée, ou a-t-elle pénétré dans un territoire où la magie vaudou se moque bien de la psychanalyse ?

      Encore un magnifique livre de Gudule… Je ne me

lasse pas de la lire… Un personnage central attachant, une histoire terrifiante… tout en frayeur 🙂 Encore une fois, un vrai coup de cœur…

J’ai toujours eu un attrait tout particulier pour les livres de Gudule… J’aime vraiment la plume de cette auteure et ce livre n’y fait pas exception…

Miquette, c’est cette petite fille aux araignées… C’est elle qui nous raconte son histoire… L’auteure prend donc « l’apparence » de cette petite fille pour nous raconter ce conte, dans un style frais, enfantin, amusant, … mais terriblement prenant…

 « Mon élevage d’araignées intrigue tout le monde. Au début, ça n’a pas été facile. À la maison, aucun problème : la cave en était pleine, il suffisait de les attraper pour les mettre dans ma boîte à troutrous. Mais ici, il fait bien trop propre. Les murs laqués blancs n’accrochent pas les toiles, et le ménage est fait tous les jours. La cave, on n’a pas le droit d’y aller, et le grenier non plus. Heureusement qu’il y a le jardin. « 

 Elle nous décrit les choses de la vie telle qu’elle les voit, par son regard à la fois incrédule, presque innocent et imaginatif de petite fille d’une dizaine d’années.

 Dès le départ, on sent qu’il va se passer quelque chose de terrible, quelque chose que ses yeux d’enfant voient venir, sans comprendre tout de suite… l’atmosphère est telle que l’on se sent happé par le récit… personnellement, j’avais du mal à me raisonner, à me dire « il est temps de dormir, pose ce livre Hyly »

 Et c’est là tout le talent de Gudule: Elle parvient, mine de rien, à installer ce climat de tension, d’étrangeté, qui va mener le lecteur par le bout du nez dans une atmosphère pleine de frissons…

 Miquette est intrépide, amoureuse de la vie, débordante de vie… du moins, c’est comme ça qu’elle était avant le drame qu’elle nous raconte. A présent, sa détresse, sa peine et son histoire font qu’elle reste profondément affectée.

 « Ici, ils prétendent que je suis « aphasique ». Ça veut dire « muette », en langage de docteurs. Quels idiots ! J’ai jamais été muette, moi ! Du temps de maman, je parlais comme vous et moi. Même qu’à l’école, la maîtresse me trouvait trop bavarde. Et je chantais aussi. C’est seulement après que j’ai décidé de me taire. Après. Quand il n’y a plus eu personne pour m’écouter vraiment. Ni maman, ni Titus, ni même Tu-Ahn ou tante Madeleine. Personne »

 Elle est terriblement attachante, car on ressent bien les émotions qu’elle peut ressentir, toutes ces choses qui l’affectent font qu’on la prend irrésistiblement en sympathie…

 On y fait aussi la connaissance de la maman de Miquette, et de sa tante Madeleine… Les deux femmes sont en totale opposition l’une de l’autre… L’une jeune, l’autre plus âgée, l’une d’une gentillesse hors paire, l’autre d’un machiavélisme à toute épreuve…

 Et puis, il y a Tu-Ahn… acupuncteur, à la relation assez ambigüe avec Madeleine, dont les aiguilles semblent être assez efficaces pour les unes, et pas du tout pour les autres…

Pourtant, il faut reconnaître que l’on reste très en surface point de vue des personnages… On en apprend un peu sur eux, mais cela reste très superficiel… le point d’orgue est mis sur l’action, sur le suspense, sur l’histoire en elle-même, et Gudule ne s’attarde pas sur quelque détail qui ne ferait que ralentir l’action et perturber le lecteur dans sa lente ascension de l’épouvante et de l’horreur.

Malgré l’humour grinçant qui est présent tout au long du récit et qui caractérise à merveille la plume de Gudule, elle sait également émouvoir le lecteur par des moments forts en émotions, même s’ils sont eux aussi racontés dans un style qui lui est si particulier…

 « Paraît que ce n’est pas douloureux, l’euthanasie. J’ai vu un reportage là-dessus, à la télé. Les chiens ouvrent une gueule immense et sortent la langue. Déroulée, c’est très long une langue de chien. Une fois qu’ils sont morts, elle pend jusqu’à terre. La langue de Titus était douce et tiède. Il me léchait toujours la figure. Maman râlait mais nous, on s’en fichait. C’est normal de s’embrasser quand on s’aime, non ? Je me demande s’ils lui ont retiré sa muselière, pour le tuer. »

J’ai passé un très bon moment en compagnie de cette petite fille aux araignées le temps qu’elle me narre son histoire…

Même si l’histoire en elle-même n’a rien de franchement novatrice, il faut reconnaître que Gudule a su y apporter une toute nouvelle dimension, un tout autre souffle…

Une auteure de talent, une histoire pleine de sous entendus et de frissons, un personnage principal très attachant… Le bon mélange pour un moment lecture terrifiant mais agréable…

 

Publicités

29 réflexions au sujet de « [✎] La petite fille aux araignées »

  1. Ayma

    Moi qui pensais que Gudule c’était des livres pour les gosses, je suis passée totalement à côté xD Je suis en plein dans Carrie et dans ce livre aussi, tu sais qu’il va se passer quelque chose de traumatisant brouhh ! Moi la peur me fait peur xD

    Merci pour cette découverte et bonne chance pour ta journée boulot ! Bizoo

    Répondre
    1. hylyirio Auteur de l’article

      Ahh mais non, elle a écrit des livres pour enfants aussi ! elle a près de 200 livres à son actif, je crois, depuis les livres pour enfants aux contes horrifiques… (« la babysitter » est pas mal non plus et « gargouille » aussi )

      merci pour cette gentille pensée, ça me touche ❤

      Bonne lecture avec Carrie 🙂 bisous tout plein

      Répondre
      1. Ayma

        Ahhh donc j’avais dû la connaître comme ça ! Je vais rajouter La babysitter, le titre me plaît bin 😀

        Merci et j’espère que tes tests se sont bien passé. Bizoo

      2. hylyirio Auteur de l’article

        normalement, la babysitter,tu le trouveras soit dans le recueil du club des petites filles mortes, soit en numérique « tout seul » chez bragelonne 🙂

        les tests, j’aurai les résultats sous 15 jours, normalement 🙂

        bisous

    1. hylyirio Auteur de l’article

      elle a écrit sous plusieurs pseudonymes…
      sinon, il y a souvent des nouvelles publiées dans des recueils tels que « le club des petites filles mortes »

      Répondre
  2. isa1977

    Rhooo tu m’as donné encore plus envie de le découvrir avec cette jolie chronique 🙂 Il faudra que je découvre Gudule prochainement 🙂 Mais comment je vais faire pour arriver à lire toutes ces tentations :)) Bisous ma belle

    Répondre
    1. hylyirio Auteur de l’article

      entre les livres et les nouvelles, je pense que cela tourne dans ces eaux là…
      je vais essayer de retrouver plus d’infos… j’aurais aimé lui consacrer un article, faut juste que je trouve le temps…

      bisous

      Répondre
  3. Ping : Bilan du mois d’avril 2012 | Lire sous la Lune…

  4. Ping : ☮ Lectures 2012 ☮ | Lire sous la Lune…

  5. Ping : ✰ Suivi de lecture 2012 | Lire sous la Lune…

  6. kincaid40

    Je viens juste de terminer cette histoire et j’ai vraiment adoré ! Ton article retrace vraiment ce que j’ai ressenti vis à vis de cette lecture !

    Répondre
    1. hylyirio Auteur de l’article

      merci ça me touche beaucoup ❤

      Je suis contente que cela t'aie plu 🙂 elle a vraiment un style super pour les histoires d'épouvante :p

      bisous

      Répondre
  7. capt everton

    Petit livre bien trop court à mon avis et trés efficace.
    Cette histoire si elle n’était pas narée par une petite fille serait épouvantablement triste: une mère s’éteint à petit feu par déséspoir et maladie devant sa fille handicapée mentale. Les références sont trés sympathiques notament à Gogol, (auteur du journal d’un fou est mongolien dans la présente histoire) en effet miquette aime les chiens et personalise les areignées. Puis c’est peut-être après tout une histoire « d’âmes mortes » (autre livre de Gogol.
    Comme nous doutons en permanance de ce que nous raconte cette petite fille (c’est le propre des adultes) nous ne sauurons jamais dans quelle mesure miquette affabule et la présence du fantastique s’en retrouve être en filigranne.

    http://sfsarthe.blog.free.fr

    Répondre
  8. Ping : La vie à reculons, de Gudule | Hylyirio Côté livres

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s