[✎] Repas éternel

Titre: Repas éternel
Auteur: GUDULE

Genre: Horreur / Nouvelle

Maison d’édition: Bragelonne
Année d’édition: 2011

Nombre de pages: Ebook
Prix: 2,99 € (Fnac, Amazon)

  Oyez, bonnes gens, le club des petites filles mortes ouvre ses portes. Au menu: sang frais, frissons, peurs bleues et nuits blanches à gogo. Avis aux amateurs ! Car ces gamines, elles en ont, de belles et terribles choses à vous raconter… Des contes modernes, effrayants et bouleversants, où elles se vengent des adultes avec une cruelle innocence. Avec un humour qui arrache le sourire et un style incisif unique en son genre, teinté de poésie et d’émotion. Bienvenue dans l’horreur des contes de fées qui ont mal tourné, au pays des enfances brisées dont les rescapées sont d’autant plus attachantes qu’elles peuvent devenir très, très méchantes…

   La salle d’attente de la gare, dont d’épais rideaux masquent les fenêtres, ressemble au fumoir d’un club britannique : divans et fauteuils de cuir matelassé, guéridons pourvus des journaux du jour, lumières tamisées, et même, en ce froid matin de novembre, un feu de cheminée. Virtuel, bien entendu, mais plus vrai que nature. Et répandant, par souci de confort autant que d’authenticité, une bonne chaleur rassurante.

Cette pièce est réservée aux voyageurs de première classe. Exclusivement. La musique douce et stéréophonique qu’y diffusent deux haut-parleurs emplit l’espace d’une myriade de notes feutrées.

— Nana na nanana na na…

Mme Blum fredonne en même temps que les instruments, histoire de se donner une contenance.

Elle est arrivée en avance, comme toujours. Vieux réflexe de commerçante. Son mari, ses enfants et ses petits-enfants l’ont accompagnée au guichet et, après les traditionnelles embrassades, sont repartis en larmes. Que ces adieux sur les quais de gare sont donc éprouvants ! L’ambiance se prête aux épanchements outranciers et exacerbe les sensibleries. Mme Blum a insisté pour qu’on abrège. Elle a même omis d’embrasser Jonathan, le petit dernier de sa fille aînée…

J’ai eu envie de tenter ce livre car depuis que j’ai goûté à la plume de Gudule, elle est devenue pour moi un incontournable en matière d’horreur…

Et comme j’étais à la recherche d’un petit livre pas trop contraignant, lisible en ebook, donc parfait pour moi lire le soir sous la couette… je n’ai pas été plus loin 🙂

Haaaa j’étais si contente de replonger dans un livre de Gudule, qui m’enchantent à chaque fois… Pourtant, cette fois, ce fut une demi-déception… ça arrive…

Le style de Gudule est toujours dans la veine de ce qui lui est propre: la plume franche,  brutale, le verbe aiguisé, acerbe, avec des mots crus pour choquer le lecteur et le percuter de plein fouet…

S’aidant les uns les autres, se hissant mutuellement, les malheureux finissent bon an mal an par embarquer. Non sans quelques bavures, comme d’habitude, un « homme en rouge » trop zélé ayant, dans sa hâte, éclaté la tête d’un gamin estropié qui tentait de s’enfuir, et une jeune aveugle s’étant, par mégarde, fourvoyée sur la voie au moment où l’on accrochait les wagons. Écrabouillée entre les butoirs, elle est à présent répandue sur les rails, telle une harde vermeille. Sa tête, intacte, a roulé de côté : un joli visage aux yeux blancs que le choc a extrait aux trois-quarts des orbites, où l’ahurissement s’est plaqué comme un masque…

Le vocabulaire est recherché.. Les mots sont choisis avec soin, car même si on est dans l’horreur, ce n’est pas pour autant que la langue française et la beauté de ses mots doivent être mis de côté.

Cependant, j’ai eu beaucoup de mal à entrer dans le livre, car j’ai trouvé les débuts laborieux et très décousus. Je dois avouer que ma déception vient de là… la forme ne rend pas hommage à ce que le fond du livre pourrait apporter… Le fil conducteur de l’histoire m’a semblé très hasardeux, très fragile… j’avoue que ce livre sera donc l’exception à la règle dans mon amour inconditionnel des livres de Gudule…

 

Du point de vue de l’histoire, on est plongé dans un univers assez particulier. Un monde post-apocalyptique où toutes les valeurs sont bouleversées, chamboulées, … Les personnes sans emploi, sans domicile, les personnes âgées, les handicapés, … sont considérés comme des déchets de la société (le mot est faible, mais je ne peux pas trop vous en dire),

Voici celle, difforme et boitillante, du nain jaune, bambin de cauchemar que les facéties de la génétique maintiennent, depuis plus de quarante ans, dans un simulacre d’enfance. Au Moyen Âge, son anomalie lui eût valu la protection d’un prince. Au vingt et unième siècle, c’est un paria. La HCR l’a condamné à mort pour crime de dégénérescence. La clandestinité lui accorde un sursis. Il y a cinq ans qu’il n’a pas vu le jour

Dans ce monde, la nourriture manque cruellement, au point que celle telle que nous la connaissons n’existe plus, elle est totalement épuisée…  (je prends le « risque » de vous le dire, car bien qu’étant le fond de l’histoire en premier plan, ce n’est que la base de l’ambiance, de l’environnement, … donc ne criez pas « au spoil » 😀 ) Dès lors, le gouvernement a dû mettre en place certaines mesures vouées à trouver, malgré tout, une source de nourriture pour continuer à alimenter la population… surtout les plus nantis, cela va de soi…

Eh non, mon gars, pas des gens. Mais quand leur saleté de pollution a pourri toute la terre, l’a bien fallu grailler, n’est-ce pas ! On a commencé par boulotter nos morts, puis on s’est organisés…

Pour les personnages… Ouch, là aussi… J’ai trouvé que pour une nouvelle, donc un court récit par essence, il y a beaucoup trop de personnages différents qui sont mis en avant… Du coup, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux, et c’est toujours embêtant à mes yeux dans une lecture, car cela me donne un gout d’inachevé, de manque…

Une histoire de fond intéressante, un univers surprenant, dérangeant, comme je les aime…

Dommage pour l’aspect brouillon et le trop plein de personnages qui ont fait de cette histoire une déception.

  A ceux qui aiment le brut, le violent, le gore. A ceux qui aiment se poser des questions sur la société et ses dérives (même si ici, on atteint l’impensable)…

  Ce livre me permet de gagner 5 points dans le Dark Challenge,

BookHystericLove  (attention, risque de spoilers)

     

Publicités

12 réflexions au sujet de « [✎] Repas éternel »

  1. Rhi-peann

    Et voilà, je vais devoir me mettre aux e-books de chez Bragelonne… c’est pas comme si ma PAL n’était pas assez immense ^^ mais si tu l’as trouvé BOF, je commencerai par autre chose.
    Dans un genre différent, elle a aussi écrit La Bibliothécaire, Gudule… un jeunesse asse mignon en vérité ^^ carrément fantastique en prime !

    Répondre
  2. Ayma

    Bon déjà, disons le officiellement, ton nouveau design est juste magnifique dans la conception mais aussi le choix des couleurs qui sont celles que j’adore ❤

    Ceci dit ! Je ne commencerai pas par celui-là même si l'extrait sur la fille écrabouillée m'a bien plu xD Ecriture prometteuse donc !

    Merci et bizooo

    Répondre
    1. hylyirio Auteur de l’article

      oui, aussi (elle a près de 200 écrits à son actif, je crois)
      j’avais commencé à préparer un article sur elle faudrait que le finisse 🙂

      Répondre
    1. hylyirio Auteur de l’article

      Oh mais ça ne veut rien dire, tu l’aimeras peut-être 🙂 c’est ce que je te souhaite…
      le fond est génial et intéressant, c’est la forme qui m’a un peu déplu, mais ça, c’est subjectif 😉

      Répondre
  3. Ping : ✰ Suivi de lecture 2012 | Lire sous la Lune…

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s