[✎] J’ai douze ans … et je vis enfermé dans la soupente

Titre: J’ai douze ans … et je vis enfermé dans la soupente
Auteur: Inès de Kertanguy

Genre: Témoignage

Maison d’édition: Hugo et cie
Année d’édition: 2011

Nombre de pages: 158 pages
Prix: 14,90 €

Comment est-ce possible ? Enfermer un enfant dans un grenier pendant deux ans, le nourrir par un passe-plat dans la porte cadenassée, le laisser dans sa crasse… Et pas à l’autre bout du monde, ni au XIXe siècle. Ici, en France, aujourd’hui. Simplement parce qu’un beau-père ne le supporte pas !

Je suis le Petit Poucet qui a chaussé les bottes de sept lieues, les bottes de l’ogre. D’un pas je franchis les rivières, les collines, les forêts, d’un saut les villages, les montagnes. Je ne marche pas, je vole et, à ma grande surprise, je m’aperçois que je ne suis pas le Petit Poucet mais un géant, une sorte de Gulliver. De ma hauteur, le monde me paraît minuscule. Quand je veux m’asseoir, je dois faire très attention car, pour moi, les vaches sont plus petites que des souris. Pour m’amuser, j’en soulève une par la queue, je la regarde, je l’écoute meugler et je la repose, mais avec précaution car je suis un bon géant. Entre mes jambes écartées, deux chevaux caracolent. J’en prends un, il piaffe, il rue, ses sabots frappent le creux de ma main, mais je ne sens que de légers picotements, presque des chatouillements.

Quand je suis debout, je peux toucher les nuages avec la main. Si je pointe un doigt et que je le tourne lentement, toujours dans le même sens, le nuage s’y enroule comme une barbe à papa. J’ai goûté tous les nuages : les blancs sont à la vanille, les gris à la réglisse. Je préfère les roses, mais ceux-là je ne les trouve qu’au lever ou au coucher du soleil. Ils ont le goût de la fraise, quelquefois de la cerise, mais seulement quand ils se colorent de rouge les jours de grand vent. Les plus rares sont les nuages d’orage, mauves parfumés à la violette, ils sont mes préférés.

Je suis un géant et un géant heureux. Vus d’en haut, le monde, les gens ne me font plus peur. Je m’amuse à les regarder s’agiter, des vrais pantins ! Je cherche un village et dans ce village une maison ; quand je la trouverai, j’en soulèverai le toit comme un couvercle pour regarder ce qui se passe à l’intérieur et je délivrerai le garçon qui est enfermé dans la soupente, tout en haut de la maison. Je regarde autour de moi, par ici les villages se ressemblent, mais celui-là je le reconnaîtrai entre tous. Je cherche… soudain il me semble apercevoir le clocher, la place et, un peu à l’écart, en bordure d’un champ, la maison.

Je me penche, je retiens ma respiration, j’avance la main, délicatement entre mes deux doigts je pince le toit…

Un volet claque, j’ouvre un œil : d’un seul coup, toute ma misère me tombe dessus. Depuis un an, je fais le même rêve. Et jamais je n’ai été si près de retrouver la liberté.

Parce que j’ai toujours eu une grande attirance pour ce genre de livres qui nous  ramènent un peu à la réalité des choses, à savoir que nous avons beaucoup de chance malgré nos déboires de la vie quotidienne… Parce que j’aime ce genre de livres qui apportent en même temps l’espoir d’un demain meilleur qu’aujourd’hui… Par ce que je trouve important que chacun lise ce genre de livres pour ouvrir les yeux sur le fait que parfois, on est vraiment aveugle sur ce qui peut se passer comme choses terribles juste à côté de nous…

Ce livre m’a laissé très perplexe…

Ce qui m’a vraiment déplu, c’est le style de l’auteur… Car le livre est raconté à la première personne… Généralement, cela permet de se sentir concernés, de bien intégrer l’histoire, de se sentir touché…

Eh bien là, pas du tout !

Je n’ai pas aimé la manière dont les choses sont racontées, j’ai eu du mal à trouver un fil conducteur au départ, j’ai trouvé qu’il y avait pas mal de zones d’ombres, et ça m’a gâché un peu la lecture…

 

Mais au-delà de ça, le thème du livre et le message qu’il veut faire passer a pris le dessus, ce qui fait que j’ai continué cette lecture envers et contre tout ce que je peux reprocher à la manière dont le récit nous est livré.

Par rapport à l’histoire… vous l’aurez compris, c’est un huis clos assez poignant malgré tout !

C’est terrible! Comment peut-on affliger cela à un enfant? Comment une mère peut laisser son enfant comme ça, pendant un an, dans une soupente à peine vivable? Sans se soucier de lui, sans l’aimer, sans le défendre, …

« En face de la porte se trouve un matelas posé à même le sol et que je roule dans la journée pour avoir un peu de place, contre le mur un lavabo avec son unique robinet d’eau froide, dans l’angle un chiotte (broyeur, s’il vous plaît) qui fait un bruit d’enfer quand je tire la chasse, à côté une table qui me sert de bureau et au-dessus une étagère posée de travers : ma bibliothèque. C’est tout. Ah non ! J’allais oublier, il faut ajouter une chaise trouée qui, par en dessous, perd sa paille et deux boîtes à chaussures où j’entasse tous mes trésors. Voilà mon univers. « 

Mais quelle horreur, pour cet enfant?

L’histoire, oui, est poignante, est terrible, est effrayante aussi, car personne qui sur un an ne s’étonne de la disparition de cet enfant de sa famille, de l’école, etc… Mais comment est-ce possible?

 

Et cet enfant au courage incroyable, qui se raccroche comme il peut à ce qu’il a, même le plus improbable… Il perd un peu le sens des réalités, mais qui pourrait lui en vouloir?

« Eh bien oui, depuis un an je n’ai plus reçu de coups. Au début, cela me faisait un drôle d’effet ! C’était comme si j’étais en manque, un vrai drogué. Tous les jours, je regardais mes bras, mes jambes : mes bleus s’effaçaient petit à petit et je trouvais injuste qu’ils disparaissent. Parce que ces bleus, ils étaient à moi, je les avais gagnés, ils étaient mon trophée, même si je les cachais, j’en étais fier. »

Par rapport aux autres personnages… on apprend à voir les relations de cet enfant avec sa mère, son beau-père (bien que peu présent pendant la plupart du livre, il est un élément important), son demi-frère (que j’ai eu beaucoup de mal à cerner)…

Il y a une phrase de cet enfant que j’ai vraiment aimé… une phrase qui est  vraiment parlante, pleine de sens, pleine de sincérité, de tristesse à la fois… mais qui pourtant, est tellement réelle…

Pour m’occuper, je prends mon dictionnaire. Je cherche le mot « heureux » et je m’aperçois qu’il compte trente-cinq synonymes. Maintenant je cherche le mot triste ; il se définit par chagrin, sombre, découragé, maussade… La liste est longue, très longue, il compte à lui seul quatre-vingt-huit synonymes. J’en conclus que sur la Terre on parle plus de malheur que de bonheur.

Je me rends compte que vous livrer mon avis sur ce livre n’est pas évident… dans un tel livre, il est difficile de juger l’histoire, de juger les personnes et leur construction, puisqu’il ne s’agit pas d’imaginaire, mais de la dure réalité de la vie pour ces enfants…

J’espère juste que les extraits que j’ai pu vous mettre vous donneront envie de découvrir ce livre, qui même s’il n’est pas facile à lire de par l’horreur qu’il décrit, mérite d’être lu…

A tout le monde ! Pour que ce genre de situations n’arrivent plus, que le monde ouvre les yeux sur tous ces enfants de l’ombre qui méritent qu’on pense à eux et vienne les sauver du malheur qu’ils n’ont pas demandé et certainement pas mérité…

petit-lips, Gr3nouille2010, x-livres-passion-x

     

Publicités

12 réflexions au sujet de « [✎] J’ai douze ans … et je vis enfermé dans la soupente »

  1. tortue

    Celà me rappelle le livre de Natascha KAMPUSCH enfermée pour d’autres raisons;un calvaire;
    Je pense lire ce livre pour les mêmes raisons que toi,comment est-ce possible de traiter un enfant de la sorte?Comment ne pas remarquer son absence?
    Bonne journée,bisous

    Répondre
  2. isa1977

    Ha bah maintenant j’ai encore plus envie de le lire 🙂 Je trouve que tu as très bien su cibler les passages pour nous donner envie 🙂 Bisous bisous ❤

    Répondre
  3. Rhi-peann

    Bah je ne le lirai pas : sensible comme je suis, je vais pleurer à la première page !!! Je ne mets pas la tête dans le sable, cependant…
    A tous ceux qui auront le courage de lire ça, chapeau !

    Répondre
  4. Ayma

    Ca fait très longtemps que je n’ai pas lu de témoignages d’enfants *-* Dans le genre sur les enfants « différents » il y a Torey L Hayden et il faut que je me laisse du temps pour en lire un de temps à autre !
    Tu as raison, il faut que ce genre d’écrits soit plus lus, on n’est pas assez conscients de toutes ces horreurs :/

    Très belle chronique !

    Bizoo

    Répondre
  5. Ping : ✰ Suivi de lecture 2012 | Lire sous la Lune…

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s