[Contemporain] Là où le soleil ne se lève jamais – Giorgio Scerbanenco

Là où le soleil ne se lève jamais
Giorgio Scerbanenco

Payot & rivages
2013
221 pages

Emmanuela Sinistalqui, fille du comte Sinistalqui, arrive menottée à l’institut Colchetti qui est en fait une maison de rééducation pour filles perdues. Dans cet enfer d’inhumanité, elle trouve l’oreille compatissante de la doctoresse, qui appartient elle aussi à une famille aristocratique. Elle lui raconte son histoire. A la mort de ses parents, elle a été placée chez sa grand-mère, mais celle-ci

 reçoit chez elle des hommes qui font des avances à la jeune fille. Emanuela s’enfuit donc vers Rome où elle espère trouver protection chez Tonio, un garçon dont elle est amoureuse. Malheureusement ceux qui l’emmènent en voiture se révèlent être des braqueurs. Accusée de complicité, Emanuela tombe entre les mains de la police, puis de la justice. Elle va se battre pour retrouver sa dignité et sa liberté perdues.

ce que j'en ense

1 pas aimé

 Dès le départ, ce qui m’a heurté  et dérangé dans ce livre, c’est le style de l’auteur… J’ai eu beau essayer, je n’y ai pas accroché du tout!

Je l’ai trouvé répétitif, redondant, le même mot pouvant revenir parfois 4 ou 5 fois dans le même paragraphe de manière inutile. Ca me donnait l’impression de tourner en rond et je n’ai pas aimé ça.

De plus, l’auteur est visiblement adepte des lonnnngues phrases, et personnellement, je déteste. Du coup, ça m’a complètement rendu la lecture pénible. Je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire… mais alors pas du tout accroché, même…

Il faut dire que l’histoire en elle-même est assez particulière aussi… un roman noir, très sombre, qui tourne au mélodrame sentimental… bof bof.

J’ai trouvé qu’il y avait pas mal de clichés, de choses auxquelles on s’attend. Tout était, selon moi, sans surprise. Au pire, on aurait pu passer aisément 20 ou 30 pages du roman sans perdre le fil de l’histoire, ce qui selon moi n’est pas une bonne chose.

Point de vue des personnages, Emanuellea ne m’a du tout touchée, aucune émotion. Elle était là, au centre de l’histoire, mais sans plus.

Je profite toujours des Masse Critique de Babélio pour découvrir des livres que je n’aurais pas choisi spontanément autrement. J’essaie d’élargir mes horizons littéraires, mais je crois que la prochaine fois, j’y réfléchirai à deux fois lors de ma sélection de livres…

d'autes l'ont lu

     

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « [Contemporain] Là où le soleil ne se lève jamais – Giorgio Scerbanenco »

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s