Un manoir pour refuge de Ena Fitzbel

Élève au lycée français de Prague, Mila vit chez sa grand-mère depuis la disparition de ses parents. Chaque nuit, elle fait ce rêve étrange et rassurant d’un manoir perdu au fin fond de la lande écossaise. Elle y retrouve une amie chère à son cœur et rencontre Kenneth, un mystérieux jeune homme dont elle tombe amoureuse. Un jour, lors d’un atelier de dessin-écriture, Mila révèle à sa classe l’existence du manoir. Le soir même, se trouve bouleversé le rêve qu’elle croyait immuable : elle découvre que ses camarades du lycée se sont glissés dans la peau de nouveaux domestiques. Mila doit se rendre à l’évidence : son rêve n’est pas comme les autres. Les frontières entre fiction et réalité finissent par se brouiller : alors qu’une domestique est assassinée au manoir, une camarade de classe ne se réveille plus… Mila est cependant loin d’imaginer la véritable nature de ce qui pourrait devenir un vrai cauchemar. Commence alors une course contre la montre pour échapper à l’emprise du manoir, mais Mila ne sait si elle pourra se résoudre à abandonner Kenneth…

ce que j'en ense

4 - une excellente lecture

J’ai été contactée directement par l’auteure pour découvrir son livre. Je dois dire que j’ai un peu réfléchit avant d’accepter, non pas parce que le résumé ne me tentait pas, mais parce que en ce moment, je suis plus axée thriller. Puis finalement, je me suis décidée à tenter l’expérience, et je ne regrette pas mon choix.

Le style de l’auteure est  à la fois simple et particulier… je l’ai énormément apprécié… D’une part par le vocabulaire utilisé, car d’un côté il est commun, sans fioriture, et d’un autre côté, il y a des termes usités que l’on ne retrouve pas couramment (« s’amouracher du premier venu »). Sans compter les expressions que j’ai adorées, et qui là aussi, ne sont pas souvent présentes dans la littérature J

« — Ne fais pas attention à lui, dit Bridget en dévalant la volée de marches pour rejoindre Elsa.
Bridget la prend dans ses bras et lui chuchote à l’oreille :
— Il n’a plus la lumière à tous les étages ! Tu n’es pas trop exténuée ? »

Cela rajoute une touche d’humour discret au roman. Le tout est très convivial et très agréable à lire.

Les chapitres s’alternent, tantôt à la première personne quand Mila parle et nous raconte les événements qui lui arrivent réellement, tantôt à la troisième personne quand on découvre l’histoire qu’elle a écrite. C’est vraiment entraînant car cela donne un certain rythme au roman, et nous permet de ne pas entrer dans une routine romanesque. Il y a aussi pas mal de descriptions, mais elles passent plutôt bien sous la plume de l’auteure.  « Le manoir des Heltington est au sommet d’une colline. On l’aperçoit de très loin. Une grande demeure en pierre sombre qui domine les landes désolées. La majeure partie de l’année, il n’y a que pluie et tempêtes sur ces pâturages à moutons balayés par les vents. Quelques rares promeneurs s’y aventurent pour se persuader qu’ils ont atteint le bout du monde, puis ils repartent goûter les plaisirs de la civilisation au village le plus proche.
Mais l’été est un ravissement. Les fleurs jaunes et violettes envahissent la colline. La campagne environnante, encore gorgée d’eau, resplendit au soleil. Au bord des chemins, les vieilles carcasses d’arbres qu’on pensait desséchées se teintent d’un vert tendre et délicat. Et si un voyageur emprunte la route qui monte au manoir et qu’il se laisse bercer par le chant des oiseaux, il peut presque croire qu’il y est attendu. »

Une autre chose qui m’a beaucoup plu, ce sont les références à des choses « réelles » et connues… que ce soit à des films, des réalisateurs, des séries télé… Cela apporte une touche de réalisme, de crédibilité, de lien avec « le monde réel » que j’aime énormément.

« — Voyez-vous ! nous vivons une époque faite de tendances qui se propagent à la vitesse d’un message électronique, poursuit-elle. Prenez le cinéma ! Avant le film The Artist, le noir et blanc était considéré comme démodé. Depuis que l’œuvre a été primée aux Oscars, des réalisateurs célèbres comme Tim Burton et Sam Raimi utilisent le monochrome sans complexes.     — J’ai même suivi un épisode de Glee sur le thème de Noël qui était tourné en noir et blanc, renchérit Michael en rejetant ses mèches blondes en arrière. »

Les personnages, j’avoue ne pas avoir trop à dire sur eux… ils sont là, mais c’est vraiment l’histoire qui est mise en avant… que ce soient ces personnages là ou d’autres, peu importe, c’est vraiment l’intrigue qui mène la danse.

Par contre, il y a un gros gros point négatif pour moi au livre… Pour certains, ce ne sera pas un problème ou ne sera qu’un détail, mais personnellement, cela m’a beaucoup ennuyée dans ma lecture : les notes de bas de pages… Elles sont d’une part beaucoup trop nombreuses, mais surtout, la plupart du temps,elles sont inutiles et n’apportent rien de plus à l’histoire… Alors oui, dans un premier temps, j’ai pris le temps de les lire, mais je ne vous cache pas que je  les ai très vite zappées, car cela devenait pénible.

De plus j’ai toujours trouvé que les notes de bas de pages cassaient complètement le rythme d’une histoire, et que cela au final empêchait le lecteur d’être à fond dans l’histoire puisqu’il y avait à chaque fois des explications sur tout au lieu de tout laisser couler de source… donc c’est vraiment dommage.

Au final donc, une histoire sympa à suivre dans un style agréable, qui vous fera passer un moment lecture agréable. 

d'autes l'ont lu

     

 

 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Un manoir pour refuge de Ena Fitzbel »

  1. caroverdelivre

    Je suis vraiment heureuse que tu ais apprécié ce moment livresque et même si mon ressenti est moins joyeux je trouve que tu relèves de nombreux points où nos avis se rejoignent surtout ceux sur le style de l’auteure.

    Répondre
  2. tribulationdunelectrice

    Je suis contente de voir qu’il t’a plu autant qu’il m’a plu 🙂
    Je suis d’accord avec toi pour les notes de bas de page, à la fin je n’allais plus les voir non plus. Je me disais bien que j’avais oublié une chose dans ma chronique 🙂

    Je te fais pleins de bisous ❤

    Répondre
    1. hylyirio Auteur de l’article

      disons que quand on a une liseuse qui permet de retourner facilement là où on en était dans le roman, ça va encore (c’est ce que j’ai sur l’ipad en tous cas), mais malgré tout, ça casse le rythme, du moins pour moi
      bonne journée

      Répondre
    1. hylyirio Auteur de l’article

      c’était suite à mon inscription sur un espèce de forum justement pour « rassembler » auteurs et blogueurs…
      http://www.bookelis.com/forum-35t-partenariats-de-lectures.html
      Tu te présentes dans la partie partenariats de lecture, en notant tes préférences de genres, etc… et les auteurs peuvent prendre contact avec toi… Et libre à toi d’accepter ou refuser le partenariat en fonction de si le livre te tente ou pas 😉
      N’hésite pas à aller y faire un tour 😉

      Répondre
  3. amaliayernaux

    Merci pour cette super chronique! L’histoire n’est pas commune et j’ai vraiment envie de découvrir ce roman!
    Bisous

    Répondre

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s