Contrecoups de Nathan Filer (2014)

Editions Michel Lafon
352 pages | Traduit par Philippe Mothe
Sortie : 28 Août 2014

Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu’il entend partout, tout le temps…
Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l’enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents ; l’adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana ; la lente descente dans la folie, l’internement… Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l’hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l’ennui abyssal… Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde.
Bouleversant, tourmenté, souvent drôle, Contrecoups est un roman tendre et courageux, porté par une voix absolument unique.

Ma note

5 sur 5

 

arabesque1

avis 2 Waouw… voilà ce qui résume ma pensée au moment de refermer ce livre. Ce n’est pas un coup de cœur, mais cela s’est joué de peu…

La première fois que Camille, des éditions Michel Lafon, a proposé ce livre, il me tentait déjà beaucoup… alors je ne vous dis pas mon impatience à le lire quand j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour le découvrir en partenariat. Et je ne regrette pas du tout ma  lecture.

C’est une lecture assez atypique, presque perturbante. Tant par la forme que par le contenu.

La plume de l’auteur a ceci de particulier qu’on pourrait vraiment croire que c’est le malade lui-même qui parle. En lisant, on a l’impression d’entendre Matthew nous raconter son histoire, au final.

Il a bien réussi son coup, car il est crédible jusqu’au bout. C’est même à la limite du perturbant, car je n’ai pas pu m’empêcher, au travers de l’écriture, d’entrer complètement dans l’histoire, dans les doutes et les émotions de Matthew…

Il faut reconnaitre que le livre est un peu long à démarrer, le temps de poser les bases de l’histoire, de mettre les choses en place, mais au final, après une  cinquantaine de pages, je pense que ça passe ou ça casse.. et pour moi c’est plutôt bien passé.

On apprend, petit à petit, à en connaître d’avantage sur Matthew et son frère Simon, leur univers familial aussi… Au moins ,on va en profondeur, ils ne sont pas juste survolés… d’une part, ça permet de mieux comprendre et vivre l’histoire, mais aussi, on se pose pas mal de questions et cela nous laisse en alerte en cours de lecture…

Pour en revenir à Matthew… Il est un peu « brouillon », plein de contradictions, et dur à suivre quand même… on sent que point de vue psychologique, il a bien du mal, et j’ai aimé découvrir cette maladie qu’est la schizophrénie au travers de ce livre. Car pour moi, c’est là que réside l’âme du livre, sa force : on se rend compte que l’auteur sait de quoi il parle, il maîtrise son sujet, il ne se lance pas dans l’inconnu…Il sait où il veut aller et le « message » qu’il veut faire passer.

Ce livre est pour moi de ceux qui se savourent… L’action n’est pas présente, on avance pas à pas dans le chemin tortueux de l’âme humaine, où la maladie, le deuil, la construction de soi sont mis en avant.

Ca en fait un roman très touchant, très émouvant, très psychologique, … Un livre que je vous encourage à découvrir… bien loin des préjugés et les idées préconçues que l’on peut avoir sur la maladie.

 

 chroniques à lire

 

Publicités

A propos Hylyirio

Profitons des choses simples de la vie, elle n'en est que plus belle...
Cet article, publié dans * Services Presse / Parts*, Chroniques, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Contrecoups de Nathan Filer (2014)

  1. Cajouu dit :

    Je suis vraiment ravie de lire ton billet et de voir que Matthew a également su te toucher ❤
    Des bisous,
    Cajou

  2. coralie dit :

    Je viens de publier ma chronique et tu as fait mieux que moi lol J’ai eu du mal à poser les mots sur ce roman singulier qu’il FAUT découvrir !
    Pas de coup de coeur pour moi non plus, mais une réflexion intéressante sur le travail de deuil, la maladie, la reconstruction d’une famille explosée…

  3. Marie et Anne dit :

    J’aime bien ce genre de livre… et sur la schizophrénie, je n’en ai pas encore lu. Je le note.

  4. Je confirme que c’est un très bon livre..un peu atypique mais très prenant! 🙂

  5. Tu te doutes bien que je suis très curieuse vis à vis du sujet de ce livre et que forcément ta chronique titille ma curiosité. 🙂
    Bisous.

  6. Thalyssa dit :

    Ah la la ce Matthew 🙂 Il touche tout le monde.
    Vivement le prochain roman de Nathan Filer !

Laissez une p'tite bafouille, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.