Avant de t’oublier de Rowan Coleman

Image96 Amazon_Wishlist 

Claire mène une vie heureuse en compagnie de son mari et de ses deux filles. Mais son bonheur est de courte durée : elle découvre qu’elle est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Sa mémoire part à la dérive, et elle oublie ce qu’elle croyait gravé en elle pour toujours. Pour lutter contre sa disparition, son mari lui offre un carnet dans lequel elle notera tout ce qu’elle n a pas encore oublié. Une façon de faire comprendre à ses filles que même si ses jours sont comptés, la vie a encore de beaux jours devant elle.

Ce que j’en pense? 

Oh la la, par où commencer pour vous parler de ce livre…

Le thème – la maladie d’Alzheimer – m’a particulièrement intéressée, et m’a tout de suite donné envie de découvrir ce roman. Pourquoi ? Car même si ce n’est pas la même maladie, certains symptômes, comme la perte des mots, sont les mêmes pour le mal qui touche ma maman…

« Je veux lui expliquer mon hésitation, mais les mots ne viennent pas. Du moins pas les bons. C’est plus difficile de dire les mots tout haut que de les penser dans ma tête. Et ça m’effraie de parler à des personnes que je ne connais pas, car je crains de dire quelque chose d’assez fou pour qu’ils m’emmènent et m’enferment quelque part, et qu’à ce moment-là j’aie oublié mon nom »
[…]
« Ce qui m’effraie le plus, c’est de perdre les mots. »

Du coup, vous vous en doutez, c’est malgré tout le cœur serré que j’ai commencé cette lecture. A l’avance, je savais que la lecture en serait difficile pour moi, et à l’avance, je savais que je devrais avoir un mouchoir à portée de mains. Et ça n’a pas raté.

Ce livre est une bouffée d’émotions, j’ai un peu de mal à trouver les mots pour vous en parler, à vrai dire. J’ai laissé passer quelques jours pour le « digérer », en me disant que ça irait mieux, mais non, car les sensations ressenties en cours de lecture restent présentes, …

Claire, le personnage principal, est très émouvante, très touchante, et j’avais vraiment envie de la prendre sous mon aile et l’accompagner, l’aider, comme je peux le faire avec ma propre mère. Elle est – à certains moments – très lucide sur son état de santé.

« J’ai la maladie d’Alzheimer, lui expliqué-je. (Ça vient de me revenir, comme les derniers rayons du soleil qui percent les nuages, et je suis soulagée.) J’oublie les choses. Ça s’en va et ça revient. Et parfois, ça s’en va tout court. »

Point de vue du récit, on alterne entre sa vision des choses et celle de son entourage – sa fille, sa mère…- et cela permet de voir d’une part comment elle perçoit sa maladie, mais aussi comment l’entourage réagit… et c’est très oppressant émotionnellement parlant… Car moi qui ai un tout petit cœur très émotif, je ne pouvais que ressentir tout ce que cette famille ressentait…. A plusieurs reprises, j’ai dû fermer le livre et le poser, car j’avais du mal à avancer sans fondre complètement en larmes au point de ne plus pouvoir lire.
On retrouve également des lettres reçues, des morceaux de livres des souvenirs…

Claire nous raconte sa vie – des fragments de son livre des souvenirs -, petit bout par petit bout, avec ses doutes, ses hésitations, ses trous noirs aussi…
On sait d’avance que les choses ne vont pas s’arranger pour elle, que sa mémoire ne va pas aller en s’améliorant et que les troubles vont s’accentuer, mais malgré tout, les voir avancer… ça fait quelque chose… ça touche…

L’écriture est tout ce qu’il y a de plus délicate, de plus douce et de plus appropriée au thème si délicat de la perte de soi… car finalement, c’est bien de cela dont il s’agit… et malgré les épreuves, malgré la tristesse, l’auteur a quand même réussi à me faire également sourire au cours de la lecture, par des passages tellement beaux…
Car malgré la gravité des choses, on est loin du livre larmoyant ou dramatique à l’extrême où le seul but est de faire pleurer dans les chaumières… non, c’est bien plus fin et délicat que cela…c’est amené de manière… indescriptiblement presque poétique… et pourtant criant de vérité et de réalisme, et d’amour… car l’amour que les membres de cette famille ont les uns pour les autres, c’est quelque chose d’essentiel.

Je me rends compte que cette chronique part un peu dans tous les sens, que je vous parle plus de mes ressentis que du livre en lui-même… mais tant pis, c’est tout ce que j’arrive à sortir sur cette lecture tant j’en suis encore émue.

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Avant de t’oublier de Rowan Coleman »

  1. caroverdelivre

    Ta chronique est très touchante et comme toujours ou presque nous nous intéressons aux mêmes sujets donc je ne peux que noter ton coup de coeur dans mon carnet.
    Merci pour la découverte.
    Bisous ❤

    Répondre

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s