Dis-moi que tu m’aimes de Joy Fielding

Image80 Amazon_Wishlist 

Bailey Carpenter menait une vie de rêve. Héritière d’une fortune colossale, heureuse en amour, elle s’épanouissait aussi dans son métier de jeune enquêtrice jusqu’au jour où… alors qu’elle est planquée derrière un buisson en train d’espionner un suspect, un inconnu la viole et lui susurre ces paroles glaçantes :  » Dis-moi que tu m’aimes.  » Dès lors, Bailey passe ses journées calfeutrée chez elle à ressasser son agression, observant le monde à travers des jumelles. Sa demi-sœur Claire et sa nièce viennent s’occuper d’elle, mais leur présence ne parvient pas à calmer l’anxiété de la jeune femme hantée par des cauchemars et obsédée par son voisin. Chaque soir, il suit le même rituel : une parade amoureuse, des femmes qui défilent les unes après les autres dans son lit. Bailey est persuadée qu’il s’agit de son agresseur. Sa paranoïa est-elle bien réelle ou est-elle le fruit de son imagination ?

Ce que j’en pense? 

J’avais depuis longtemps envie de découvrir la plume de Joy Fielding, alors autant vous dire que je n’ai pas hésité à découvrir de roman quand l’occasion s’est présentée.

L’histoire en elle même est au départ assez passionnante, assez prenante, et j’ai été contente de la découvrir. Du moins au début..
Il faut dire qu’on entre vite dans le vif du sujet: dès le premier chapitre, le drame arrive, et ça lance alors l’atmosphère lourde et pesante. Le fait que l’histoire se passe pour la plupart dans l’appartement de Bailey renforce cette oppression, ce huis-clos est vraiment étouffant.
Mais au bout d’un moment, la tension qui a été mise retombe un peu comme un soufflé, le suspense attendu retombe assez. J’ai trouvé ça assez dommage. Car du coup, le livre perd un peu de son intérêt et honnêtement, j’ai été contente de voir la fin arriver.

Point de vue des personnages, je dois avouer que même si le personnage de Bailey est intéressant, je n’ai pas réussi à y accrocher totalement. Je ne sais pas pourquoi, il y a eu une certaine distance qui s’est installée dès le début entre elle et moi. Pourtant, j’ai bien aimé l’aspect psychologique, la dimension paranoïaque amenée… C’est peut être le problème de ce livre… à avoir voulu trop se concentrer sur la psychologie de son personnage central, elle a laissé l’intrigue un peu de côté.
Le thème principal du livre reste la manière dont on peut se remettre d’un viol, continuer à vivre sans tomber dans la folie de penser que chaque homme que l’on croise pourrait être un violeur potentiel, réapprendre à vivre sans avoir peur à chaque coin de rue. Et je dois reconnaître que cela est très bien amené et présenté dans le livre.

Par contre, il faut reconnaître une chose: il y a beaucoup d’incohérences et de choses pas très logiques dans le récit et c’est peut-être ça qui fait que je n’ai pas réussi à accrocher comme j’aurais dû. Et je trouve que la fin va un peu trop vite à mon goût.

En bref, une héroïne intéressante, mais qui se retrouve dans un scénario un peu lent et mou du genou.

Si vous voulez entrer en douceur dans le monde des thrillers, il pourrait vous plaire, mais si les thrillers et vous c’est une grande histoire d’amour, ça risque de vous décevoir par le manque de rigueur et d’action. Je dirais qu’il est plutôt dans la lignée des Patricia MacDonald dans ses moins palpitants…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dis-moi que tu m’aimes de Joy Fielding »

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s