On mange quoi ce soir ? : les péchés mignons de l’anorexie de Hélène Trancoen

on mange quoi ce soirgenre 7  Amazon_Wishlist

Le témoignage d’une jeune femme qui se découvre anorexique à 19 ans, et dont son trouble lui dictera ses choix pendant plus de deux ans.

Ce que j’en pense?

Ces derniers temps, vous l’aurez vu, ce n’est pas le premier livre sur le  thème des troubles alimentaires et de l’anorexie que je vous « propose », dont je vous parle. Le dernier en date, Journal sans faim, m’avait un peu déçue, je n’avais pas trouvé le sujet abordé d’une manière très adéquate et intéressante.

Ici, c’est tout le contraire…

Le style de ce livre est assez particulier, en ce sens que même si le sujet est sensible, il n’est pas livré sur un ton dramatico-dramatique.. L’auteure y met un certain humour, un ton de légèreté des plus agréables et qui encourage à la lecture…

Ce témoignage est court et concis. Parfois, j’aime écrire comme je parle. J’ai des choses à dire, et je les dis sans y ajouter des paillettes, des confettis, ou des phrases à rallonges.

Comme l’auteur le dit si bien, elle a, durant sa maladie, « dévoré » des livres sur le sujet, … elle y cherchait de l’aide, de l’espoir, peut être des conseils... et c’est dans cette optique aussi qu’elle a voulu apporter sa pierre à l’édifice.

Au delà de son témoignage, elle essaie aussi de mettre à plat certaines notions, certaines explications… mieux faire comprendre un trouble aussi bien à l’entourage qu’à la personne qui en souffre, c’est déjà une chose essentielle

Ces deux termes que je viens d’étayer (anorexie et boulimie) sont les SYMPTÔMES d’une maladie, d’un mal sous-jacent. Ces deux symptômes sont des ADDICTIONS. ces deux addictions sont deux EXTRÊMES qui se rejoignent dans leurs conséquences: une détérioration progressive de l’état physique et psychique.

Le petit plus? (un détail, mais qui m’a plus)… une citation qui me tient beaucoup à coeur qui se trouve au début du livre:

citation-jour-si-vie-na-sens-L-RjSYje

Elle nous raconte son histoire, comment elle est passée de l’anorexie à la boulimie, en alternance, comment elle passera son temps à « tromper » son entourage, à trouver des stratagèmes pour ne pas manger, même à cacher ce trouble à son conjoint qui ne voyait rien… Comme elle le dit si bien, un homme ne pense pas à ce genre de symptômes, il n’y voient que du feu…

Si je devais retenir une paragraphe du livre, celui qui résume, selon moi, la vision à garder en tête:

Une fois l’envie de s’en sortir arrivée, les exutoires paraissent nécessaires pour ne pas trop se perdre. Ces petits plaisirs qu’on a du mal à s’accorder, ces petites choses et ces petits instants qui sont des bouffées d’oxygène nous permettent de continuer la lutte et de détourner le symptôme.

C’est une « belle » vision des troubles du comportement… je pense que ce livre est à conseiller à tout qui en souffre… Je ne dis pas qu’il s’y cache de remède miracle, car ça n’existe pas, … mais sa vision des choses est telle qu’il ne pourra apporter que du positif…

Bonne journée

Publicités

8 réflexions au sujet de « On mange quoi ce soir ? : les péchés mignons de l’anorexie de Hélène Trancoen »

  1. tOrtue

    Très intéressant j’ai eu dans ma famille quelqu’un qui était anorexique-boulimique, elle mangeait à outrance et se faisait vomir! Difficile d’aider les personnes refusent et nient!
    Bonne journée,bisous

    Répondre
    1. Hylyirio Auteur de l’article

      Il n’est pas toujours facile de se dire qu’on a besoin d’aide, qu’on a un soucis, et qu’on ne peut pas s’en sortir seule 😦
      bonne journée à toi, bisous

      Répondre
  2. Kerry Legres

    Il parait vraiment pas mal, ce sujet m’intéresse, je ne suis pas du tout anorexique mais j’ai des périodes (je suis en plein dedans là) de troubles de comportements alimentaires (hyperphagie « seulement ») bref je pense que ça peut être très intéressant…

    Répondre
    1. Hylyirio Auteur de l’article

      je pense que ce livre peut être intéressant pour tout trouble du comportement alimentaire.
      pour ma part, j’ai eu une phase « émétophobe », j’avais tellement peur d’être malade que je refusais de me nourrir normalement, je ne voulais quasi plus rien manger… si un aliment, une fois, me donnait des lourdeurs d’estomac, je n’en mangeais plus, si un aliment avait une couleur ou une odeur qui ne me revenait pas, je ne voulais plus en manger du tout non plus… ça a fortement réduit ce que je consommais 😦
      prends soin de toi ❤

      Répondre

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s