Même lorsqu’elle recule, la rivière avance, de Olivier Clerc

14034740_883170101795144_4894552710853800436_nCe livre nous invite à un voyage allégorique en neuf métaphores végétales et minérales, qui nous parlent toutes d’évolution, de conscience et de résilience.Celle de la rivière met en évidence la progression invisible de chaque moment de notre vie. Celle du cristal et du magma nous enseigne que le chaos peut avoir un sens. Celle des douze photographes nous pousse à nous libérer du regard des autres. Celle du téléviseur souligne que le apparences sont menteuses. Celle de l’étincelle et de l’éclair nous prépare aux grands événements par ceux du quotidien. Celle du soleil et des rochers nous apprend la patience… Ces neuf histoires font office de « coach personnel » dans notre vie de tous les jours et aident chacun à cultiver son jardin de sagesse.

 Mon avis: 5/20. Pas assez de place laissée à la réflexion personnelle.

 

Ce que j’en pense?

Le livre en lui-même offrait de larges perspectives, mais au final, ça a été un flop malheureusement.

En le choisissant, je m’attendais à « un livre d’histoires », où les fables se succéderaient, et me permettraient de pousser la réflexion et voir ce que je pouvais en tirer…

L’auteur nous propose donc 9 petites histoires faites de métaphores pour nous parler de l’éveil de la conscience… que ce soit par rapport à notre relation à nous-mêmes, notre rapport aux autres, ou la relativité des choses, leur degré d’importance…

Et au final, grosse déception, car oui, il y a les petites histoires (mais alors, toutes petites histoires, entendons-nous bien), suivies de 10 à 15 pages d’analyses, d’exemples, de « réflexions dirigées »… et ça, je n’ai franchement pas aimé…

Le but premier de ce livre est supposé nous pousser à réfléchir, à faire notre introspection, alors pourquoi pour mâcher le travail et ne plus laisser la place aux émotions personnelles ? aux ressentis propres à chacun ?

Tout est déjà tellement détaillé qu’on n’a même plus envie de se poser la moindre question…

Pourquoi imposer une interprétation et un sens ? Ce serait tellement plus profitable si l’histoire nous était juste narrée et nous laissait voguer à nos propres émotions et pensées…

J’avoue que je n’ai pas compris du tout la démarche de l’auteur, sur ce coup là… c’est vraiment dommage…

Vous l’aurez compris, en voulant aller trop loin, l’auteur a vraiment sapé le travail de réflexion qui me tenait à cœur en démarrant cette lecture, et donc au final, je me suis franchement ennuyée, et je regrette d’avoir acheté, en même temps,  le second livre du même genre de cet auteur…  car je sais que je ne le lirai pas, du coup…

C’est dommage, car les histoires en elles-mêmes offraient un bon potentiel…

Bref, c’est peut-être un livre à conseiller aux personnes qui n’ont pas l’habitude de ce genre de livres psychologiques, qui ont vraiment envie « qu’on leur tienne la main » pour un travail sur soi, mais si c’est la réflexion personnelle que vous cherchez, passez votre chemin…

Lu dans le cadre des RDV et challenges suivants: 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Même lorsqu’elle recule, la rivière avance, de Olivier Clerc »

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s