Résilience, de Julia M. Tean

couv13951328Titre : Résilience
Auteur : Julia M Tean
Maison d’édition : Rebelle
Sortie : 8 Octobre 2016
# de pages : 147
Genre : drame

Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau. Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ? Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

Mon avis: 20/20 Une claque... un livre à découvrir...

Ce que j’en pense?logo-Coup-de-Coeur+1869+nor

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela commence en force, on entre très vite dans le vif du sujet… avec le meurtre du père…

Je dois bien avouer qu’au début, l’écriture m’a beaucoup surprise, je me demandais si j’allais accrocher.
Les chapitres sont courts, opposant l’avant et l’après, les raisons des conséquences.
On a deux styles bien distincts au fil de l’alternance des chapitres.  : assez posé et calme pour l’un, et une écriture plus brute, plus percutante, plus familière et presque vulgaire par les mots choisis, pour l’autre…
C’est avec cette partie que j’ai eu un peu plus de mal au début… le temps de m’y faire. Pourtant, cette dureté des mots est nécessaire pour faire passer celle de la situation, mais c’est quelque chose que j’ai peu l’habitude de voir dans mes lectures d’où ma surprise. Ça m’a un peu mise mal à l’aise dans les premières pages du roman, le temps de comprendre le pourquoi du comment de cette écriture, finalement.

«La vue du feu l’enhardit. C’est un redoutable barbecue salvateur, mettant à l’honneur la couenne de son père. Sa couenne, il l’a trouée à coups de couteau. Comme on teste la graisse d’un porc bien charnu, il l’a entaillée, consciencieusement, méticuleusement, en prenant garde de ne pas atteindre une veine ou un organe vital. Il l’a saigné, prenant exemple sur les Arabes de son quartier égorgeant le mouton le jour de l’Aïd.»

Tout au long du roman, on a retrouver des thèmes comme le racisme, la maladie, la différence, la haine, la maltraitance, les mères démissionnaires,…
Ces thèmes sont traités avec brio, je trouve, tout est très bien amené, très bien travaillé.
Le personnage de Vincent est un de ceux qui ne peut pas ne pas nous toucher… Plus d’une fois, on a envie de poser le livre, et prendre Vincent dans ses bras pour lui dire qu’il n’est pas seul, qu’on comprend sa douleur et qu’on est là pour lui…
Le personnage de Yassir, qui sera son compagnon de cellule lors de son incarcération, m’a beaucoup plu et émue également…

Ce livre est un concentré d’émotions.. on passe par toutes celles possibles et imaginables, de la haine, de la tristesse, de l’incompréhension, de la révolte,… J’ai fini ce livre en larmes, car finalement, quand on termine ce livre, la tension a tellement été palpable et les émotions tellement fortes que nous aussi, on a besoin de lâcher la pression.

Si ce livre m’a tellement touché, c’est par le réalisme qui s’y cache… Vincent est certes un personnage de roman, mais il y a tellement de Vincent dans le monde, tapis dans l’ombre, attendant leur propre résilience.
D’ailleurs, au fil de la lecture, quand je lisais le calvaire de Vincent, j’ai ressenti un malaise un peu semblable à celui que je ressens quand je lis des témoignages sur les femmes battues, les enfants maltraités, … Ce sentiment de malaise, de « voyeurisme malsain », ce sentiment d’entrer dans l’intimité de détresse d’une personne et y assister spectatrice, impuissante, alors que c’est le genre de situation qui me révolte et où j’ai plus envie d’être actrice pour aider la personne en souffrance que juste assister à sa douleur… C’est ce genre d’émotions que j’ai ressenti la plupart du temps…

Merci à Julia pour ce livre, pour ce qu’elle y transmet, pour le message qu’elle y fait passer et tout ce qu’il y a derrière.

Voilà, je pense que tout est dit… Si vous avez lu ce livre, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé, et si vous ne l’avez pas encore lu, j’espère sincèrement que vous le ferez, car il le mérite amplement…

Lu dans le cadre des RDV et challenges suivants: 

consignes babélio challenge
Consigne: le titre du livre tient en un seul mot…

Publicités

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s