La Fille d’avant – JP Delaney 

couv51768126Titre : La Fille d’avant
Auteur : JP Delaney
Maison d’édition : Mazarine
Sortie : 8 Mars 2017
# de pages : 462
Genre : Thriller

C’est sans doute la chance de sa vie : Jane va pouvoir emménager dans une maison ultra-moderne dessinée par un architecte énigmatique… avant de découvrir que la locataire précédente, Emma, a connu une fin aussi mystérieuse que prématurée. À mesure que les retournements de situation prennent le lecteur au dépourvu, le passé d’Emma et le présent de Jane se trouvent inextricablement liés dans ce récit hitchcockien, saisissant et envoûtant, qui nous emmène dans les recoins les plus obscurs de l’obsession.

Mon avis: 20/20. Un thriller à l'ambiance écrasante et pesante. Un coup de coeur.

Ce que j’en pense?coup-de-coeur

Je dois dire que ce livre m’a agréablement surprise… C’est un coup de coeur pour moi…

On découvre en alternance les histoires de Jane et Emma, qui bien qu’ayant des histoires différentes au départ bien qu’empruntent de similitudes, qui se retrouvent étrangement liées à quelques années d’écart… Liées à la même maison, à leur propriétaire, et à un étrange « destin »…

On rencontre au départ Emma, une jeune femme en couple, qui a eu une épreuve assez difficile dans son ancien appartement suite un cambriolage et à une agression et veut à tout prix quitter son logement actuel pour prendre un nouveau départ.

« Je sens que je pourrai écrire là-bas, dis-je. C’est tellement calme. Tu m’encourages à écrire mon livre depuis des mois. » Il émet un grognement, dubitatif. « Ou peut-être que je tiendrai un blog », dis-je. Je réfléchis à cette idée, je l’examine sous tous les angles. Un blog, ce serait cool. Je pourrais l’appeler : La Minimaliste. Mon voyage au pays du minimalisme. Ou un truc plus simple : Miss Mini. Je suis déjà tout excitée. Je pense au nombre de followers que peut attirer un blog sur le minimalisme. Peut-être même que j’aurai de la pub, je laisserai tomber mon boulot, j’en ferai un magazine lifestyle à succès. »

De l’autre côté, il y a Jane, une jeune femme célibataire qui elle aussi vient de subir une rude épreuve, et veut elle aussi prendre un nouveau départ.

« Mon bébé est mort. Mon bébé est mort et, trois jours après, il est né. Aujourd’hui encore, c’est cette anomalie, cette effroyable inversion de l’ordre des choses, qui me paraît presque plus douloureuse que tout le reste. »

Le hasard va faire que toutes les deux vont, à plusieurs années intervalle, visiter la même maison, celle de
La maison est assez singulière… une maison hyper épurée, très minimaliste, avec des conditions assez particulières et strictes ajoutées au contrat de location.
Je ne pense pas qu’une telle maison me conviendrait, mais pour certains aspect, je dois bien avouer que le calme, la tranquillité, le silence, les réveils en douceur, … c’est assez tentant et on se dit que de tels avantages méritent bien quelques sacrifices/efforts.

On suivra donc l’emménagement des deux filles dans cette maison particulière, chacune à son époque, et on pourra assister aux similitudes dans les deux histoires…
Je dois bien vous avouer que l’ambiance est très pesante et angoissante tout du long du roman… La tension, les doutes, la peur montent crescendo, et ça, j’adore. Au fil des pages, on voit le rêve tourner au cauchemar, on se demande jusqu’où ça ira, …

L’esprit retord de l’auteur est à vous glacer le sang. Il mène l’angoisse de main de maître. Car plus le récit avance, et plus on sent l’inévitable arriver, on sent qu’on fonce droit dans le mur, mais on n’a qu’une envie, foncer droit devant encore plus vite.
Il manie également la description d’une manière tellement réaliste qu’on a juste l’impression d’avoir visité la maison et d’y vivre…

Les personnages sont assez déroutants… on peut passer de la crainte au dégoût, de la pitié à la déception, et ce en l’espace de quelques chapitres, et je pense que finalement, c’est ce côté mystérieux, étrange et loin d’être des anges qui les rend si attirants.

Jusqu’au bout, on met en place un scénario mental que l’auteur s’amuse à balayer d’un souffle à la manière d’un loup sur une maison de paille, et c’est très contrastant avec les apparentes perfection, force et solidité de la maison au centre de l’action…

Un livre qui sort le 08 mars 2017 et que je vous conseille amplement…

Advertisements

3 réflexions au sujet de « La Fille d’avant – JP Delaney  »

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s