Epiée – Michael Robotham

Titre : Epiée
Auteur : Michael Robotham
Maison d’édition : JC Lattès
Sortie : 10 mai 2017
# de pages : 420 pages
Genre : Policier

Marnie Logan a souvent la sensation d’être épiée. Comme une sensation diffuse : un souffle sur sa nuque, une ombre au coin de l’œil, et voilà que son existence se fige.
Son mari Daniel a disparu depuis plus d’un an. Toujours déprimée et désespérée, elle décide de demander l’aide du psychologue Joe O’Loughlin.Alors que Joe s’interroge sur la répugnance de Marnie à évoquer son passé, celle-ci découvre un livre rempli de photos et de témoignages d’anciens amis, collègues et professeurs, que Daniel lui préparait pour son anniversaire. Ce cadeau était censé célébrer sa vie, mais il raconte une toute autre histoire…

Mon avis: Une déception... Il manque cruellement d'action et de suspense.

Ce que j’en pense?

Pour être honnête avec vous, je suis passée complètement à coté de ce roman… Pourtant, le résumé avait réussi à attiser ma curiosité, mais mon enthousiasme est retombé comme un soufflé.

Au final, je n’ai fait que survoler l’histoire, à aucun moment elle n’a vraiment réussi à me happer.

Le style m’a paru froid, impersonnel, et je ne me suis pas sentie impliqué pour un sou…

Les choses sont hyper longues à se mettre en place. Il faut attendre quasi le quart du livre, et encore, je suis gentille, pour que les choses commencent à bouger un peu… Et au vu de ce qu’on m’avait dit de l’auteur, je m’attendais franchement à du plus percutant.

Ce que j’ai aimé, par contre, ce sont les petits chapitres mis en place d’un autre point de vue, un peu à la manière d’un journal de bord tenu par « on ne sait qui »…

« Je suis la figure la plus importante de la vie de Marnie, pourtant elle ne le sait pas encore. Je suis la personne coupée par le bord de la photographie, l’ombre au coin de ses yeux qui s’évanouit chaque fois qu’elle tourne la tête. Je suis le fantôme qui danse derrière ses paupières fermées et les ténèbres qui vacillent quand elle cligne des yeux. Je suis son champion anonyme, son héros sans blason, le chef d’orchestre de sa symphonie. Je suis celui qui l’épie. »

J’ai trouvé ce point de vue assez intéressant, ça apportait un petit souffle au roman.

Point de vue des personnages… je n’ai ressenti aucune empathie pour Marnie, alors que généralement, je me serais identifiée sans soucis, mais là, rien… Au mieux, elle me laissait indifférente, au pire, elle m’exaspérait complètement…

Pourtant, la pauvre, elle n’a pas eu une vie facile : depuis que son conjoint a disparu voici un an, elle enchaîne les galères financières : elle n’a pas accès à ses comptes, comme il n’est pas déclaré mort, elle n’a pas droit à l’assurance-vie, les personnes à qui Daniel doit de l’argent se retournent sur elle… Au point qu’elle doit mettre sa fierté de côté pour subvenir comme elle peut aux besoins de sa famille.

Au fil du roman, on apprendra d’autres pans de sa personnalité au travers des témoignages des gens qui l’ont connue par le passé. Mine de rien, elle a pas mal de choses à cacher malgré tout. Et ce sont ces petites choses que l’on apprend sur elle qui m’ont donné envie de poursuivre la lecture. Elle est loin d’avoir laissé un bon souvenir derrière elle, et elle ne comprend pas trop pourquoi d’ailleurs.

Ce que j’ai trouvé étonnant, c’est que l’enquête de base, ça aurait quand même dû être la disparition de son mari, puisqu’on ne sait rien de ce qu’il est advenu de lui… (certains ont bien une petite idée…) et pourtant, j’ai trouvé que c’était un peu trop relégué au second plan…

C’était mon premier roman de l’auteur, mais du coup, je ne sais pas si j’en tenterai un autre, du moins pas dans l’immédiat.

Bref, vous l’aurez compris, je me suis ennuyée, j’ai trouvé qu’il ne se passait pas grand chose, et même point de vue psychologique, c’était loin de ce à quoi je m’attendais.

Le personnage de Marnie est travaillé en profondeur, mais j’aurais aimé qu’il en soit de même pour son mari… j’aurais aimé que le livre s’axe un peu plus autour de sa disparition. Il me manquait un petit quelque chose…

Le rythme très lent n’a pas aidé dans l’appréciation de ce roman.. c’est dommage.

Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley
Publicités

2 réflexions au sujet de « Epiée – Michael Robotham »

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s