Tu tueras l’ange de Sandrone Dazieri

Titre : Tu tueras l’ange
Auteur : Sandrone Dazieri
Maison d’édition : Robert Laffont (La bête noire)
Sortie : 18/05/2017
# de pages : 608 pages
Genre : Thriller

La mort rôde, aussi belle que fatale. Serez-vous sa prochaine victime ? Lorsque le TGV Milan-Rome arrive à quai, la police fait une macabre découverte : tous les passagers de la classe affaires sont retrouvés morts. Si les premiers indices orientent l’enquête vers un attentat, la commissaire adjointe Colomba Caselli, muscles d’acier et âme fragile, est persuadée du contraire. Pour elle, seul Dante Torre, l’« Homme du silo », est capable d’y voir clair dans ce brouillard de mensonges et de fausses pistes. Très vite, ils découvrent que ce massacre n’est que l’énième épisode d’une longue série de carnages, sur laquelle plane l’ombre d’une mystérieuse figure féminine. Elle ne laisse aucune trace, juste un nom : Giltiné, l’ange lituanien des morts.

J'ai trouvé ce livre juste terrible ! Génial ! Addictif !

J’avais entendu beaucoup de positif sur Tu tueras le père, le premier opus de cette saga… Je ne l’avais pas lu, mais heureusement, à part quelques petites références dans Tu tueras l’ange, le fait de ne pas l’avoir lu n’a pas entaché ma lecture.

C’est un thriller très sombre, et je ne pense pas qu’il conviendra à n’importe qui… je trouve qu’il faut malgré tout avoir le coeur bien accroché… On n’est pas dans du gore, loin de là, mais j’ai trouvé l’émotionnel à un très haut niveau… les âmes (trop) sensibles auront sans doute un peu de mal.

Ce qui est assez terrifiant avec ce livre, c’est qu’il est vraiment sorti à un moment raccord avec l’actualité… De nos jours, les attentats font malheureusement partie de notre quotidien, et c’est ce qui fait que ce livre est tellement là à nous prendre aux tripes.

« L’attentat a déjà été revendiqué. Par Daesh. 5 SUR LA VIDÉO, qui semblait avoir été prise avec un smartphone, apparurent deux hommes de taille moyenne, vêtus d’un jean et d’un T-shirt sombre, portant des capuches noires et des lunettes de soleil. »

De plus, les descriptions sont assez équivoques et explicites… On a juste l’impression d’assister aux scènes, même les plus dures… de les vivres aux côtés de Colomba. Idem pour les descriptions des attaques, des tirs : ils sont tellement bien décrits que j’en avais le coeur qui se serrait, avec le malaise que cela pouvait provoquer.

« Elle éclaira des corps renversés sur les sièges, tombés sur le sol. Putain, qu’est-ce qu’il s’est passé ici ? Elle entra avec précaution, prenant garde à ne rien piétiner. Le cadavre le plus proche de la porte était celui d’un passager d’une soixantaine d’années, vêtu d’un costume gris ; il avait été projeté par terre, les mains entre les jambes, la tête en arrière. Le sang qui avait jailli de sa gorge lui avait recouvert le visage d’un masque rouge. Colomba avança encore. Derrière le passager en costume gris, un jeune homme, la chemise ouverte et le pantalon slim blanc taché d’excréments, tenait encore à la main son portable qui vibrait. Il était étendu en travers du couloir. Un verre avait roulé devant son visage, et le sang qui coulait de son nez l’avait coloré de rouge. À sa gauche, il y avait un vieil homme, encore assis à sa place, empalé au niveau de la bouche par sa canne, qui avait par la même occasion fracassé son dentier – ce dernier gisait sur son torse au milieu du sang et de traces de vomissures séchées. Elle découvrit également deux hommes d’origine asiatique, dont les habits indiquaient qu’ils appartenaient au personnel de restauration. Le premier avait été projeté sous la table de service recouverte de sachets de sucre éparpillés, l’autre était tombé sur les genoux d’une femme d’une quarantaine d’années, en tailleur et talons aiguilles, qui semblait avoir voulu le bercer dans ses bras avant de mourir. Colomba sentit ses poumons se contracter et elle inspira profondément. Maintenant qu’elle s’y habituait, elle percevait derrière la puanteur un étrange arrière-goût douceâtre qu’elle ne parvenait pas à identifier. Cela lui rappelait les expériences culinaires ratées de sa mère, qui faisait régulièrement cramer des gâteaux dans le four, quand Colomba était petite. Elle s’avança jusqu’au fond du wagon, enveloppée d’un vague sentiment d’irréalité. »

Je dois avouer que ce passage m’a au départ laissée un peu perplexe : comment, avec tout ce qui reste du désastre du wagon, personne n’a rien entendu dans le wagon d’à côté ? Bref.

Point de vue des personnages, j’ai ADORÉ celui de Dante Torre. Je l’ai trouvé très intéressant, très bien approché… J’ai vraiment apprécié son côté « fracturé », toute sa fragilité, ses tocs, ses angoisses,… qui pourtant font sa force. Découvrir son histoire par fragments m’a happée… Il est très attachant même si je suis certaine qu’il tapera sur le système de plus d’un… J’aurais aimé le voir un peu plus présent malgré tout.

La complicité qu’il a avec Colomba est assez déroutante et c’est peut-être là la seule chose qui me fait regretté de ne pas avoir commencé par Tu tueras le père : le fait d’avoir l’impression d’avoir manqué un grand pan de leur histoire commune.

Le suspense, quant à lui, est mené d’une main de maître : il monte crescendo, le rythme s’accélère petit à petit, nous emporte dans un tourbillon dont on n’a pas envie de sortir… L’atmosphère est lourde, pesante, oppressante, … Une tension palpable et omniprésente, car à aucun moment, elle ne se relâche en cours de roman.

Au départ, j’ai eu un peu peur que cela ne parte dans tous les sens, mais au final, pas du tout, tout se met en place très « naturellement ».

Par contre, si je pense qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu le premier tome pour lire ce second, ce second donne très envie de découvrir le troisième, à venir.

***

S’il y a une phrase « choc » que j’ai envie d’épingler de ce roman :

« Il y a des fanatiques dans toutes les religions. Et aussi des fanatiques qui n’ont pas de religion, aussi étrange que cela puisse paraître. »

Il y a également celle ci :

« Ce que j’ai voulu vous démontrer, aujourd’hui, ce n’est pas qu’il ne faut croire en rien ni qu’il faut croire à tout, mais qu’il faut toujours vous poser des questions. Si quelqu’un vous donne une vérité préemballée, ouvrez le paquet et regardez à l’intérieur. Peu importe qui vous la sert sur un plateau : un politicien, un journaliste, un policier ou quelqu’un comme moi. Vérifiez les faits. Cherchez vos propres réponses. »

Je trouve que ce « conseil » correspond bien à ma philosophie de vie : s’informer, de différentes sources, pour faire son propre avis…

C’est une chose que j’ai aimée dans ce roman… au delà de l’histoire en elle-même, il y avait d’autres choses à en tirer… Je ne vais pas utiliser le terme de leçons de vie, mais plutôt des petites bien à propos disséminées ça et là et qui vont bien au delà du livre qu’on lit, qu’on referme et qu’on oublie.

Toutes les références aux attentats divers qui ont également touché la France, comme celui de Nice, ça m’a serré le coeur… Au départ, je me suis même dit que c’était un peu osé de se servir de cela pour asseoir son histoire alors que beaucoup sont encore sous le choc. Mais je trouve aussi que c’est une manière de rendre hommage aux victimes, car quiconque lire ce livre se souviendra aussi de ces tristes événements, et aura une pensée pour eux, du moins je l’espère.

Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley
Publicités

2 réflexions au sujet de « Tu tueras l’ange de Sandrone Dazieri »

    1. Hylyirio Auteur de l’article

      J’ai un autre livre qui y colle pas mal et que j’aimerais lire, c’est Neuroland…
      mais c’est une fameuse brique 🙂 faut que je le lise en parallèle à une lecture non roman pour alléger le truc 🙂
      bisou

      Répondre

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s