Mon amie Adèle ( Sarah Pinborough )

Titre : Mon amie Adèle
Auteur : Sarah Pinborough
Maison d’édition : Préludes
Sortie : 27 septembre 2017
# de pages : 448 pages
Genre : thriller

LOUISE
Mère célibataire, elle est coincée dans un quotidien minuté. Un soir pourtant elle embrasse un homme dans un bar… sans savoir qu’il est son nouveau patron.
DAVID
Psychiatre renommé et dévoué à sa femme, il regrette ce baiser mais ne peut s’empêcher de tomber amoureux de son assistante.
ADÈLE
L’épouse de David semble n’avoir aucun défaut. Si ce n’est de vouloir à tout prix devenir l’amie de Louise… Fascinée par ce couple modèle, Louise se retrouve malgré elle piégée au coeur de leur mariage. Et peu à peu, elle commence à entrevoir des failles.
David est-il l’homme qu’il prétend être ?
Adèle, aussi vulnérable qu’elle y paraît ?
Et par quel secret inavouable sont-ils liés l’un à l’autre ?

Un thriller psychologique au suspense grandissant jusqu'au bout... J'ai beaucoup aimé.

Je n’avais pas été particulièrement fan de la saga des Contes des royaumes, du même auteur.. Mais je pars du principe de ne jamais rester sur un échec et j’ai donc voulu donner une nouvelle chance à l’auteur de me convaincre…
C’est ainsi que je me suis lancée dans la lecture de Mon amie Adèle dès que j’ai eu le mail de Netgalley.

L’histoire commence pas mal…. La « première scène » m’a plutôt plus…

« Me pincer et me dire JE SUIS RÉVEILLÉ une fois par heure. Regarder mes mains. Compter mes doigts. Regarder l’horloge (ou la montre), ne plus la regarder, la regarder de nouveau. Rester calme et concentré. Penser à une porte. »

On a l’impression de rentrer dans le vif du sujet, et le côté psychologique est directement mis en avant… et ça m’a accroché.

Ce qui m’avait fortement dérangée dans Contes des royaumes, c’est l’écriture de l’auteur à laquelle je n’avais pas du tout accroché. Je la trouvais vulgaire, désagréable. J’avais l’impression qu’elle essayait de donner un genre au livre dont je me serais bien passée… si bien que j’ai abandonné la lecture au bout d’une centaine de pages.
Ici, on est dans beaucoup plus de simplicité, de fluidité… L’écriture n’a cependant rien d’extraordinaire, je dirais qu’elle est presque simpliste, banale. Mais du coup, ça se lit beaucoup plus facilement… Et c’est ce qui a fait que j’ai lu ce livre quasi d’une traite, embarquée par l’histoire sans être gênée par l’écriture.

On retrouve trois périodes : avant et centré principalement sur Louise juste après la mort de ses parents, et après , où on alterne entre la vision d’Adèle, celle de Louise, et ça c’est quelque chose que j’apprécie car on a les deux versions de l’histoire…

Au départ, on prend quand même un peu Adèle en pitié… Un passé triste, la mort de ses parents, sa condition de femme mariée lui pèse, son mari David ne semble pas très attentionné, et j’ai eu de la peine pour elle. Tout a été fait pour ça.

« Il se tourne enfin face à moi et je lis un mépris silencieux dans ses yeux. Je ravale une soudaine envie de pleurer. Ce vide est pire que sa colère. Tout ce que j’ai eu tant de mal à construire est en train de s’effondrer. Je me moque qu’il soit encore soûl. Je veux juste qu’il m’aime comme avant. Il ne remarque même pas tout ce que j’ai fait depuis qu’il s’est rué dehors. Les efforts que ça a exigés. À quel point j’ai travaillé. À quel point j’ai essayé. — Je vais me coucher, dit-il. »

Sa rencontre avec Louise, c’est un coup de foudre amical apparent… à sens unique au départ… Adèle ne jure plus que par sa nouvelle – et seule – amie…. Qui n’est pourtant autre que la maîtresse de son mari…

« Qu’en penserait David ? Elle tente de chasser cette question. Elle connaît la réponse. David ne serait pas content. Pourquoi faut-il que sa première pensée à propos du moindre truc soit toujours : « Qu’en penserait David ? » Ce n’est pas normal. Elle devrait être un peu plus comme Rob. Impertinente. Indépendante. Pourtant, le simple fait de penser ça est comme une trahison. David l’aime et elle l’aime. David lui a sauvé la vie. »

Cette rencontre sera le point de départ d’une descente aux enfers que j’ai adoré suivre… Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? A vous de le découvrir dans le livre, je ne vais pas tout vous dire, non plus…

David, c’est un homme qu’on a du mal à appréhender, dans l’histoire… entre l’envie de le détester pour ses infidélités et la manière dont il se comporte avec Adèle et Louise, et l’envie de consoler et prendre soin de lui tant on a l’impression qu’il a le poids du monde sur ses épaules… J’aime les personnages masculins qui me donnent cette double impression…
Et on sent qu’il y a quelque chose de terrible qui le lie à Adèle, mais on ne saura quoi qu’à la fin…

L’histoire est en partie prévisible… Il y a des choses qu’on devine de suite, d’autres qu’on comprend au fur et à mesure et la fin qui, disons le, m’a mis une bonne claque que je ne l’ai pas venue venir du tout…

Il y a cependant une chose qui m’a un peu dérangée… Je n’ai pas fait attention si ce roman est supposé être un livre pour ados ou pas, mais dans ce livre, il est un peu trop mis en avant, de par le comportement des différents personnages, que se saouler jusqu’à plus soif est la solution miracle à tous les problèmes… « oh, je me sens seule » – je bois. « Oh, mon ex mari a mis sa nouvelle femme enceinte » – je bois. « Oh, j’ai trompé ma femme, je me sens trop mal d’avoir fait ça » – je bois. « Oh, et si on buvait un coup, juste comme ça »… Ouch, j’ai trouvé ça un peu too much quand même…

Mais bon, au final, j’ai bien aimé cette lecture. On est loin du coup de coeur, mais c’est une lecture bien agréable que je vous recommanderais pour la rentrée (le livre sort le 27 septembre).

Il a réussi à me réconcilier avec l’écriture de Sarah Pinborough, c’est un très bon thriller psychologique, instaurant une ambiance assez dérangeante au milieu d’un triangle amoureux peu commun, une belle intrigue, un final explosif…

Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « Mon amie Adèle ( Sarah Pinborough ) »

    1. Hylyirio Auteur de l’article

      J’ai trouvé les contes trop « vulgaires » et sexualisés, et je pense que je ne m’attendais pas à ça, c’est ce qui m’a rebuté « par surprise » 🙂 je les retenterai peut être 🙂

      Répondre

Laissez une p'tite trace de votre passage, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s