Possession [ Paul Tremblay ]

Malgré une mère alcoolique et un père au chômage, la famille Barrett tente de mener une vie ordinaire dans la tranquille banlieue de Beverly, Massachusetts, jusqu’au jour où leur fille de 14 ans, Marjorie, commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Alors que des événements de plus en plus angoissants se produisent, les Barrett décident de faire appel à un prêtre, qui ne voit qu’une seule solution : l’exorcisme. À court d’argent, la famille accepte l’offre généreuse d’une chaîne de télévision ; en contrepartie, elle suivra la guérison de Marjorie en direct. L’émission connaît un succès sans précédent. Pourtant, elle est interrompue du jour au lendemain sans explications. Que s’est-il passé dans la maison des Barrett ?

• • • • •

Possession, de Paul Tremblay
sortie le 22 Mars 2018
Editions Sonatine
Broché : 21,00€ – Ebook : 14.99€

Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley

• • • • •

Autant vous dire que ce livre fait déjà beaucoup parler de lui…

Le résumé fait énormément penser à l’exorciste, en version modernisée par la téléréalité et le blogging… l’un dans l’autre, ça m’a attirée, vous vous en doutez… Je trouve que c’est un concept assez innovant, que je n’avais encore rencontré nulle part ailleurs dans les livres, et une reprise à la télé : dans American Horror Story, la saison 6 « Roanoke » où se retrouve face à l’histoire d’une maison hantée liée à la téléréalité,… et c’est à mes yeux la meilleure de toutes les saisons… Donc du coup, je partais assez intriguée par ce concept en livre.

J’ai eu un peu de mal au début, j’ai trouvé le commencement beaucoup trop lent à mon goût, au point de me demander si j’étais bien en train de lire le livre présenté dans le résumé…
Heureusement, après, ça s’arrange 🙂 au point de devenir terriblement addictif…

J’ai trouvé ce livre vraiment bien réalisé… le contraste entre l’amour qui unit ces deux sœurs, et l’horreur de la possession… waouw, c’est rondement mené.
L’histoire en elle-même est assez anxiogène…l’ambiance est déjà très pesante en soi par la réalité de la situation et le trouble qui touche Marjorie, mais c’et en plus renforcé par une ambiance malaisante engendrée par l’aspect médiatique des choses.

Je pensais avoir un peu de mal à gérer les trois points de vue présents dans le livre, mais au final ça a été, chacun apportant son petit plus…
On a donc la vision de Merry du haut de ses 8 ans, qui vit l’histoire au jour le jour, celle d’une bloggueuse, et celle d’une journaliste qui interviewe Merry des années plus tard.

Je me suis beaucoup attachée à la petite Merry, qui apporte un tel vent de fraicheur au travers de sa vision des choses malgré l’atrocité qui l’entoure… La relation et l’amour qu’elle porte à sa sœur sont au final tellement importants…
Alors oui, sa vision des choses est peut-être parfois naïve, et un narrateur omniscient aurait peut-être apporté une autre conception de la chose, mais ça m’a beaucoup plu.

J’ai apprécié aussi la notion de bloggueuse qui revient, des années après, sur cette histoire des plus surprenantes. Elle décortique l’histoire télévisuelle avec une vision plus critique, et j’ai aimé ça aussi…

« L’épisode pilote s’ouvre sur le récit des malheurs de John. Quel choix judicieux des auteurs/producteurs/programmateurs ! Commencer par une des nombreuses reconstitutions de la possession présumée aurait été trop bateau et même franchement débile. À la place, ils nous offrent des photos granuleuses en noir et blanc des ouvriers de l’usine en train de fabriquer dans la joie et la bonne humeur leurs joujoux en mousse et en caoutchouc. Puis ils enchaînent sur un montage de photos défilant à une vitesse quasi subliminale : des politicards de Washington, des manifestants en colère d’Occupy Wall Street, des rassemblements du Tea Party, des schémas et des courbes du chômage, des salles de tribunal en plein chaos, des visages furieux, des gens qui sortent à la queue leu leu et en larmes de l’usine Barter Brothers. »

Elle décripte les manoeuvres de la téléréalité, les clichés que l’on y retrouve, et les manipulations qui sont faites de la réalité.

Et ce que j’ai adoré par dessus tout, ce sont les références à des films d’horreur qui font partie, à mes yeux, des classiques du genre… une merveille 🙂

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ma lecture, et si vous aimez ce genre de livres, je vous le conseille fortement…

Ce n’est pas un coup de coeur, il me manque un petit je ne sais quoi, mais c’est une de mes meilleures lectures de l’année pour l’instant…

  
33. un œil.

 

Publicités

A propos Hylyirio

Profitons des choses simples de la vie, elle n'en est que plus belle...
Cet article, publié dans Chroniques, Thriller/Policier/Epouvante, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Possession [ Paul Tremblay ]

  1. Ping : Bilan du Mois [Avril 2018] | Lire sous la Lune

Laissez une p'tite bafouille, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.