La dernière fille [ Riley Sager ]

La « Dernière Fille » : terme hollywoodien pour désigner la survivante d’un film d’horreur, forcément jeune et sexy. Quincy est l’une de ces filles… mais pas au cinéma. Il y a dix ans, alors que cinq de ses amis sont sauvagement assassinés, elle est sauvée in extremis par Coop, un policier en patrouille. Depuis, Quincy s’est construit une vie heureuse, mais cette nuit-là reste un trou noir dans sa mémoire.

Pour la presse, elles sont trois à faire partie du club des « Dernières Filles » : Lisa qui a vu mourir neuf de ses camarades d’université et Samantha, qui a survécu à la tuerie du motel où elle travaillait pour payer ses études. Jamais elles ne s’étaient rencontrées. Mais à l’annonce du suicide de Lisa, Samantha se présente à la porte de Quincy. Un ouragan qui fait voler sa vie en éclats et s’effondrer bien des certitudes. Et si l’heure de la vérité avait enfin sonné ?

• • • • •

La dernière fille, de Riley Sager
sortie le 7 mars 2019
Editions Michel Lafon

Lu en partenariat avec la maison d’édition

• • • • •

Moi qui suis fan de film d’épouvante où effectivement, « la dernière fille » est un truc récurrent, ce livre m’a de suite interpellé… ça a bien attisé ma curiosité… surtout parce qu’au final, ce livre commence là où généralement, les films du genre se terminent : après le massacre… (bon, ok pas dans les Scream, … ça y est, j’ai envie de les revoir maintenant même si je les connais par coeur)

Point de vue rythme, on est au début face à une intro assez intense, qui nous met tout de suite dans l’ambiance… puis ce la retombe un peu, le temps de découvrir les personnages, leur histoire, … de manière beaucoup plus posée.

On découvre 3 filles qui ont eu un destin bien similaire :
Lisa qui a échappé à une tuerie sanglante dans la sororité de sa fac,
Samantha quant à elle a évité la mort de peu dans un motel.
Et Quincy, qui est donc une « rescapée » d’un massacre lors d’un week end entre amis, mais elle ne souvient de rien : une amnésie la frappe, elle se souvient de tout avant la catastrophe puis plus rien jusqu’à sa fuite et son « sauvetage » par Coop, le policier qui lui a sauvé la vie. Même 10 ans après, tout reste assez énigmatique autour de ce qui s’est passé ce jour là.

Toutes trois essaient de reprendre une vie normale, si tant est que ce soit possible après ce genre de traumatisme.

Pour Quincy, les choses ont plutôt bien tourné, elle est en couple, a un job qui est sa passion puisqu’elle vit de son blog de pâtisserie, mais il faut avouer qu’elle reste malgré tout fragile et que le vin et les calmants sont malgré tout ses meilleurs amis. Elle a gardé contact avec l’agent qui a mené l’enquête 10 ans plus tôt, et il est toujours là pour elle.

Tout bascule le jour où Lisa se suicide et que Samantha, qui se faisait hyper discrète jusque là, débarque chez Quincy sans prévenir. Pour Quincy, il est impératif de trouver pourquoi Lisa l’avait recontactée peu de temps avant, et pourquoi elle s’est suicidée… Toute cette histoire fait resurgir en elle des images de sa propre histoire, jusque là occultés par sa mémoire. Des flash-back courts, qui forment un puzzle qu’elle a du mal a assembler, et viennent la perturber. Elle devra réussir à mener tout de front.

Voilà le topo sur le début de l’histoire… assez calme en soi.

Mais là, c’est la fin de la tranquillité pour le lecteur… Le rythme en apparence calme du roman va se transformer en ambiance sombre, pesante, la tension va monter crescendo et ne pas s’arrêter

Une fois commencé, ce livre nous tient en haleine, on veut vraiment savoir la suite, et c’est même frustrant quand on n’a réellement pas le temps de continuer la lecture directement…
ça laisse du temps pour s’échafauder son scénario, mais encore une fois, tout ce que j’avais pu imaginer était à côté de la plaque. Du coup, la révélation de la fin m’a beaucoup plu (je crois que les romans thrillers et d’autant plus psychologiques sont le seul domaine où j’aime avoir tord 🙂 )

Le seul bémol pour moi, ça a vraiment été les 50 premières pages, où j’ai trouvé la mise en place un peu lente, du coup, surtout après le choc du prologue… mais non, on peut lui passer ce petit défaut…
J’aurais aimé en savoir un peu plus sur Coop, aussi, le policier qui est resté proche de Quincy… je trouve qu’il aurait mérité un peu plus de place dans le roman… (mais ce n’est que mon avis).

C’est un très bon thriller psychologique comme je les aime…
Pas un coup de coeur car il reste dans le « classique » du genre (rien d’hyper époustouflant qui le démarquerait phénoménalement), mais de quoi passer un très bon moment lecture…
Je trouve que l’auteur a fait fort pour un premier roman, et je ne manquerai pas de suivre ses prochaines publications !

A propos Hylyirio

Profitons des choses simples de la vie, elle n'en est que plus belle...
Cet article a été publié dans * Services Presse / Parts*, Chroniques, Thriller/Policier/Epouvante. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez une p'tite bafouille, ça fait toujours plaisir :) xoxo

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.