Archives pour la catégorie * Services Presse / Parts*

Little monsters de Kara Thomas

« Vous est-il déjà arrivé de vouloir quelque chose au point d’en mourir ? »
Quand elle emménage à Broken Falls, une nouvelle vie commence pour Kacey. Tout le monde ici est tellement gentil. Et elle se fait même des amies, Bailey et Jade, qui l’accueillent à bras ouverts. Mais, soudaine, ces dernières se montrent étrangement distantes. Et elles omettent de l’inviter à la plus grosse soirée de l’année.
Kacey, décidée à confronter ses amies, n’en aura pourtant jamais l’occasion : après la fête Bailey disparaît sans laisser de traces. Broken Falls ne semble plus si chaleureuse. Surtout pour elle, la nouvelle.
Kacey est sur le point d’apprendre deux choses très importantes : parfois, les apparences peuvent se révéler trompeuses. Et parfois, quand on est la nouvelle, il ne faut faire confiance à personne.

16/20. Une belle découverte

Je ne sais pas vous dire exactement ce qui m’a attiré dans ce livre… La couverture, que je trouvais sympa, le résumé, qui a su attiser ma curiosité, le fait que cela mette en scène des ados « ordinaires mais pas tant que ça » puisque le résumé met en avant que les apparences sont trompeuses, et aussi le fait qu’il y a un petit temps que je n’avais pas lu de Young Adult et que l’arrivée du printemps et du soleil m’a donné envie d’un livre un peu plus jeunesse et léger…

Et donc, me voilà partie dans la lecture…

Alors, pour le côté jeunesse/YA, clairement, il n’y a pas photo… j’ai déjà lu des livres YA écrits « comme des livres adultes », mais là, ce n’est pas le cas. La plume de l’auteure est vraiment simple, parfois un peu trop pour un récit « thriller »… Le côté positif, c’est que ça se lit vraiment facilement du coup, on avance assez vite dans l’histoire.

J’ai adoré le côté légende locale, malédiction, qui est avancée dans le livre.

Le fait qu’il y ait deux narrateurs m’a bien plus aussi,… le passé par Bailey, et le présent par Kacey. Cela permet à ce que petit à petit, tout se mette en place, tout devienne limpide…
Il y a des dialogues assez présents, et leur fluidité est telle que cela rend la lecture très agréable.

J’ai trouvé le personnage de Kacey assez fade, je l’ai trouvée influençable, naïve, sans personnalité. Sa demi-sœur, plus jeune qu’elle, est finalement presque plus mature.
Mais malgré tout, au final, l’auteur nous mène pas mal par le bout du nez, il se débrouille très bien pour que l’on puisse adorer et détester les personnages comme il le désire. Il manie finalement nos ressentis avec brio.

Le gros point fort du roman, c’est sans conteste le suspense, l’histoire et son déroulement, et ce qui mène à un dénouement des plus surprenants… rien que pour ça, on lui pardonnera les petits côtés simplistes de l’écriture.
J’avais hâte de progresser dans l’histoire, d’en savoir plus sur l’action présente, mais aussi sur l’histoire surgie du passé…

Une lecture qui me laisse au final un avis positif, une lecture très agréable, des personnes que l’on adore ou que l’on déteste, mais dont l’histoire est addictive 🙂
Si vous êtes fan de Pretty Litle Liars, cela devrait vous plaire 🙂

 
18. la vue depuis un appartement, bureau, maison…

Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley

Ce livre vous intéresse? Les infos pratiques…

 

Publicités

L’enfant de l’enfer de Cathy Glass

Cathy Glass, mère d’accueil dévouée et expérimentée, se voit confier Aimee, petite fille de huit ans qui n’a connu que l’enfer du quotidien de sa mère toxicomane. Sale, infestée de poux, agressive, illettrée, Aimee découvre auprès de Cathy des plaisirs simples: une chambre à soi, de vrais repas, des bains et des vêtements propres, la présence d’adultes affectueux. Mais pour la petite fille, apprécier cette nouvelle vie, c’est aussi trahir l’amour qu’elle porte à sa mère. Sur le chemin ardu de l’apaisement, Aimee trouve en Cathy une oreille attentive et lui dévoile les plus sombres moments de sa jeune existence. Une libération nécessaire pour laisser le passé derrière elle et aborder l’avenir avec l’innocence de ses huit ans.*
*

20/20 Un témoignage entre l’indignation et l'espoir...

Si vous suivez le blog, vous n’êtes pas sans savoir que les livres concernant l’enfance maltraitée est quelque chose que j’aime énormément lire… pas que j’aime lire le malheur des autres, mais je trouve ces récits tellement enrichissants, …. Ils permettent de relativiser notre vision de la vie, relativiser nos « petits maux », et aussi, être parfois plus attentif au monde qui nous entoure…

Dans ce genre de livres, Cathy Glass est sans aucun doute en haut de la liste des auteurs que j’apprécie le plus… elle a le don particulier de nous raconter l’histoire de ces enfants qu’elle recueille… (d’ailleurs, du même auteur, j’ai vu que dans la même collection il y avait également La petite princesse de papa, que j’espère pouvoir découvrir. )

Ici, on se retrouve avec l’histoire de Aimée, une petite fille qui malheureusement, porte bien mal son nom… Elle est retirée à sa mère et placée à l’âge de 8 ans après avoir vécu un enfer...Vie dans un appart immonde, sans eau chaude, sans chauffage, sans lit, … elle vit dans la crasse, à même le sol, avec sa mère, droguée… son père, parti de la maison, est drogué également… elle se nourrit exclusivement de biscuits… n’a aucune notion d’hygiène ni suivi scolaire régulier…
Aucun enfant ne devrait connaître ça.. et encore, je ne vous raconte pas le reste pour ne pas vous spoiler le livre….

Quand elle arrive chez Cathy, elle est sale, agressive, sans aucune retenue… les gestes élémentaires de vie ne lui ont pas été appris… La mère de l’enfant fait la misère à Cathy, car elle n’accepte pas qu’on lui retire sa fille… comme ses autres enfants l’ont été par le passé… mais ça ne démonte pas la mère d’accueil.

On va suivre l’évolution de Aimée d’une part, mais aussi découvrir son histoire,les drames de sa vie, l’étendue de la maltraitance et de l’horreur qui faisaient son quotidien…
Le livre pointe également les failles des services sociaux, que ce soit dans la prise en charge des enfants, le suivi des dossiers, et les lourdeurs administratives et judiciaires auxquelles ils doivent faire face…

Cathy Glass est très complète dans ses récits, elle nous livre tout, de la réalité des choses à ses ressentis, de la vie avec l’enfant au combat administratif/social qui se dispute à côté… ça donne une vision tellement effrayante et magnifique à la fois de ce « travail » de famille d’accueil, même si je trouve que bien au delà d’un travail, c’est une véritable vocation et un tel don de soi…

Elle a également une façon de raconter les choses que j’aime beaucoup : même si elle nous raconte l’horreur vécue par Aimée, elle ne tombe pas dans le larmoyant, dans le mélodramatique… L’histoire est racontée de manière digne, de manière simple, de manière certes émouvante, mais pas dans l’exagération en vue de faire pleurer dans les chaumières…. Attention, je ne vous cache pas que les choses atroces qui sont racontées m’ont touchée et émue aux larmes, mais le récit est écrit de manière respectable et dans la réserve. Les mots sont justes, ils sont posés et réfléchis.
Et si vous avez lu d’autres livres de l’auteur, elle fait référence à d’autres enfants recueillis dont elle a déjà raconté l’histoire dans un d’autres livres, et ça a tendance, avec moi en tous cas, à renforcer mon attachement à l’histoire, presque de faire « partie de la famille », ou du moins, de m’en sentir plus proche et d’en apprécier encore plus l’histoire.

L’histoire d’Aimée m’a beaucoup émue, car aucun enfant ne devrait connaître ce genre de vie… ce que cette petite fille, du haut de ses 8 ans, a vécu, c’est juste fou, inadmissible, intolérable…

Il est difficile de vous parler du livre sans trop vous en dire, sans vous raconter l’histoire d’ Aimée…
Une chose est certaine, toutes les Cathy Glass ont mon plus grand respect, car ce qu’elles font pour ces enfants, c’est juste magnifique…

En tous cas, si ce genre de témoignages vous intéresse, vous interpelle, je vous conseille ce livre à 200%…

Lu dans le cadre des RDV et challenges suivants: 

  

119. des cheveux ou quelque chose avec des cheveux.

Lu en partenariat avec la maison d’édition 

Ce livre vous intéresse? Les infos pratiques…

  • Titre : L’enfant de l’enfer
  • Auteur : Cathy Glass
  • Maison d’édition : L’archipel / L’archipoche
  • Sortie : 7 Mars 2018
  • # de pages : 384 pages
  • Genre : Témoignage
  • sur Livraddict, d’autres avis
  • sur le site de la maison d’édition
  • sur Amazon

 

Les nouveaux voisins – de Catherine McKenzie

Julie Prentice, son mari Daniel et leurs jumeaux de six ans déménagent à Cincinnati pour échapper à une femme qui harcèle Julie depuis la parution de son roman Le Jeu de l’assassin, devenu un best-seller. Le charmant quartier de Mount Adams semble l’endroit parfait pour un nouveau départ.
Mais l’intégration dans cette nouvelle ville n’est pas si facile, et Julie fait rapidement face à une certaine hostilité de la part de ses voisins, notamment Cindy Sutton, la présidente de l’association du quartier. Quoi que Julie fasse, ça ne fait qu’empirer la situation. Heureusement qu’elle peut compter sur John Dunbar, qui vit à côté, et avec qui elle se lie très vite d’amitié. Mais elle est loin d’imaginer qu’une banale conversation avec lui va faire éclater sa vie en morceaux.
Julie et sa famille deviennent bientôt la cible de brimades de plus en plus troublantes et le bonheur apparent de Mount Adams se transforme en cauchemar. La harceleuse de Julie l’a-t-elle retrouvée, ou est-ce que ce sont ses voisins qui lui veulent du mal ? Alors que les tensions grandissent au sein du voisinage, les ennemis se révèlent et les répercussions pourraient être mortelles.

16/20 : Une lecture simple mais agréable...j'ai aimé le côté psychologique.

Ce qui m’a attiré dans ce livre ? Déjà, le fait qu’un des couples mis en scène a des jumeaux… Car il faut bien le reconnaître, je suis une dingue des livres mettant en scènes des jumeaux….
Puis le côté « j’ai des voisins sympas mais peut être pas tant que ça », … j’aime assez (j’avais adoré Derrière la haine, de Barbara Abel , par exemple)…

Ce que j’ai aimé : 
On se retrouve dans une sorte de huis clos de quartier, et ça donne un côté presque étouffant que j’adore… J’avoue que les huis-clos, c’est quelque chose que j’aime particulièrement dans les lectures… je trouve que cela apporte un plus lugubre à l’ambiance, l’impression de ne pas pouvoir s’en sortir, d’être pris au piège…

L’écriture de l’auteur : elle a le don de mettre des petits éléments en avant pour nous tenir en haleine, pour nous faire douter, pour capter notre attention juste au bon moment…
Le fait que jusqu’au bout, je me suis posée plein de questions, j’ai émis des hypothèses, et finalement, j’étais à côté de la plaque… c’est finalement quelque chose que j’ai apprécié…

Par contre, ce n’est pas un livre d’action, si c’est ce que vous recherchez, passez votre chemin… Là, on est dans le psychologique (les thrillers que je préfère)

Point de vue des personnages, ils ont tous leur place, aucun n’est là juste pour décorer… et ils sont relativement bien travaillés d’un point de vue psychologique pour nous permettre de les « connaître », et de bien les imaginer dans l’histoire et dans leur vie.

De même, l’alternance des points de vue des personnages, celui de Julie et celui de son voisin John, c’est enrichissant pour la lecture et ça permet de ne pas tomber dans une routine narrative. Ça donne aussi l’impression d’être omniscient, de pouvoir se faire un avis global, même si au final, ça n’aide pas toujours à démêler le faux du vrai…

Ce que je n’ai pas aimé (ou un peu moins on dira): 
L’alternance passé- présent
Vous me direz, c’était essentiel pour le roman, mais au final, est-ce dû à la fatigue,mais par moment, j’étais un peu perdue… même si j’ai aimé ça… (vous la sentez, l’indécision qui est mienne ?:) )
Je trouve aussi que la chute, le dénouement, arrive un peu trop rapidement, j’aurais aimé que la fin soit un peu plus travaillée… ici, au vu du reste du roman, je m’attendais à quelque chose de plus « Bam », et puis non… c’est dommage…

Cela reste néanmoins une très bonne lecture que je ne regrette pas du tout !

Lu dans le cadre des RDV et challenges suivants: 



30. une chaise ou équivalent. (j’accepte sofa) –> une chaise de jardin

Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley

Ce livre vous intéresse? Les infos pratiques…

 

Le couple d’à côté de Shari Lapena

Titre :Le couple d’à coté
Auteur : Shari Lapena
Maison d’édition :  Presses de la Cité (Thriller)
Sortie : 21/09/2017
# de pages : 336 pages
Genre : thriller

La baby-sitter leur a fait faux bond, et alors ? Invités à un dîner chez leurs voisins, Anne et Marco décident de ne pas renoncer à leur soirée. Cora, leur bébé de six mois, dort à poings fermés et ils ne sont qu’à quelques mètres. Que peut-il arriver ? Toutes les demi-heures, l’un ou l’autre va vérifier que tout va bien. Pourtant, quand à une heure déjà avancée, le couple regagne son domicile, c’est un berceau vide qui les attend.
Désespérés mais aussi dépassés, les jeunes parents attirent les soupçons de la police : Anne en dépression depuis son accouchement, Marco au bord de la ruine… les victimes ont soudain des allures de coupables. Dans cette sombre histoire, chacun semble dissimuler, derrière une image lisse et parfaite de terribles secrets. L’heure de la révélation a sonné

Un thriller psychologique très addictif.

 

Si vous suivez le blog depuis quelques temps, vous savez que les histoires de disparitions d’enfants, c’est quelque chose que j’aime énormément…. Quand en plus de ça, c’est un enfant en bas-âge et qu’on soupçonne la mère parce qu’elle fait une dépression post-partum, ça éveille ma curiosité.

Ce livre m’a donc immédiatement interpellée par son résumé.

J’ai tout de suite eu une certaine empathie pour la mère, et ça m’a permis de vivre ma lecture à travers ses yeux. Et j’ai donc immédiatement accroché, vous l’avez compris. Pourtant, j’ai eu beaucoup de mal à cerner les parents, à voir exactement « qui » ils étaient… ils ont gardé une bonne part d’ombre au long du roman. Le psychologique est très important dans ce livre, et c’est son intérêt… car il faut le dire, l’idée de base n’a rien de novateur, c’est la manière dont c’est géré qui fait tout…

J’aime beaucoup les ambiances en huis clos, comme c’est le cas ici.

J’ai trouvé que l’auteur prenait un malin plaisir à jouer avec nous… genre nous lâcher une bombe, on se dit « c’est tout, c’était ça le fin mot de l’histoire ? », puis nous entraîne dans une suite abracadabrante où finalement, tout est remis en questions… j’ai adoré.

Le suspense est manié de main de maître, la tension monte petit à petit, on se demande de plus en plus si oui ou non, on retrouvera la petite Cora… et ce jusqu’aux révélations finales qui sont là pour nous choquer un bon coup. Le dénouement ne manque pas d’intensité et d’intérêt.

Une fois le livre commencé, il m’a été difficile de le poser, car chapitre après chapitre, on a envie de savoir la suite.. c’est ce qui, pour moi, fait un bon livre thriller.

Une écriture fluide, addictive, naturelle, une histoire psychologique, « tordue », avec plein de rebondissements inattendus pour tenir le lecteur en haleine… un sans faute 🙂

 

Lu en partenariat avec la maison d’édition via Netgalley

 

La villa rouge ( James Patterson et David Ellis )

Titre : La villa rouge
Auteur : James Patterson et David Ellis
Maison d’édition : L’archipel
Sortie : 2017
# de pages : 472 pages
Genre : Thriller

Dans les Hamptons (Long Island), au 7 Ocean Drive, se dresse une impressionnante maison à la façade gothique avec une vue imprenable sur l’océan.
Mais elle est à l’abandon depuis plusieurs années et tombe en décrépitude. On la dit maudite. Il est vrai que la Villa rouge, telle qu’on la surnomme, a été par le passé le théâtre d’une série de meurtres jamais résolus.
Quand un nabab d’Hollywood et sa maîtresse y sont retrouvés sans vie, tous pensent que la malédiction frappe de nouveau.
Jenna Murphy, une ancienne flic de New York, va mener l’enquête. Elle qui, enfant, jouait sur la plage non loin de la maison, voit ressurgir en elle une terreur qu’elle croyait pourtant éteinte…
Mais la Villa rouge n’a sans doute pas encore révélé tous ses mystères… et Jenna pourrait bien en être la prochaine victime.

Encore un excellent roman de James Patterson!

Eh oui, encore un James Patterson puisque comme je vous l’avais dit, j’en avais reçu deux de suite…

Ici, l’histoire est ici totalement différente, puisqu’on est dans une histoire sur fond de malédiction… forcément, ça a titillé ma curiosité…

Une fois encore, je ne peux que saluer la plume exceptionnelle de l’auteur… James Patterson a vraiment le don de se jouer de nous, de nous mener par le bout du nez, et le pire, c’est qu’on aime ça et qu’on en redemande.

Un style inimitable, des chapitres très courts, qui font de ce livre un formidable turn-over, car on se dit « aller, encore juste un chapitre »… puis un autre, et un autre, et un autre… je crois que vous avez compris…
En plus, les chapitres courts, ça donne un ryhtme d’enfer au roman, et j’aime ça, surtout qu’il ajoute toujours le petit quelque chose qui donne envie d’en savoir plus.

J’ai beaucoup apprécié la manière dont l’histoire nous a été présentée… On fait des aller-retour entre le passé et le présent, et on alterne aussi le point de vue des personnages… Et ça, vous savez que j’aime ça… Car ça donne un tout autre regard sur l’histoire et bien souvent, ça sème encore plus le trouble car on ne sait plus à quel saint se vouer. D’un autre côté, ça nous donne encore plus l’occasion de poser nos propres hypothèses, de nous triturer le cerveau pour dénouer le tout, et… c’est juste ce qui fait un bon thriller…

Les personnages sont bien construits, le côté psychologique si cher à mon coeur est toujours bien présent et bien travaillé… Donc forcément, on ne peut que s’attacher à eux, d’une manière ou d’une autre. Même ceux qui ne sont pas les plus sympa, on les trouverait presque agréables.

Si certains éléments sont un peu prévisibles, malgré tout, les gros rebondissements vont bon train et on ne les voit pas venir… surtout la fin qui est une belle claque, je trouve.

Ahh il n’y a pas à dire, James Patterson est sur le point de devenir un de mes auteurs chouchous…

Lu en partenariat avec la maison d’édition